Navigation

Gaz: la Suisse peu concernée par la coupure russe

Le géant russe Gazprom a complètement stoppé ses livraisons de gaz aux consommateurs européens à 7h44 heures locales. La Suisse ne sera que peu affectée, son recours au gaz russe étant marginal.

Ce contenu a été publié le 07 janvier 2009 - 08:58

Au septième jour du bras de fer entre la Russie et l'Ukraine, le porte-parole de la compagnie publique ukrainienne Naftogaz a annoncé que Gazprom a complètement stoppé mercredi matin ses livraisons de gaz aux consommateurs européens.

Après s'être accusées mutuellement d'avoir coupé le robinet en direction de l'Europe, la Russie et l'Ukraine n'ont pas réussi à s'entendre. Le géant monopolistique russe invoque une facture en souffrance d'un montant de 2,1 milliards de dollars et l'absence d'accord sur une augmentation des prix pour 2009.

En Suisse, l'approvisionnement en gaz ne sera que peu affecté par cette crise. «La Confédération bénéficie d'un approvisionnement géographiquement diversifié», a déclaré mardi le porte-parole de l'Association suisse de l'industrie gazière (ASIG) Daniel Bächtold. Seuls 20% du gaz importé provient de Russie, contre plus de 70% en provenance d'Europe, en particulier de Scandinavie.

La société gazière russo-ukrainienne Rosukrenergo, basée à Zoug, a quant à elle envoyé une lettre ouverte au gouvernement lui demandant d'intervenir politiquement pour assurer le libre passage de son gaz naturel destiné à l'Europe.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?