Navigation

ABB: accord dans l'affaire de l'amiante

Un pas de plus vers le règlement de l'affaire de l'amiante. Keystone

Le groupe électrotechnique a trouvé un accord pour régler les problèmes d'amiante encore en suspens aux Etats-Unis.

Ce contenu a été publié le 21 mars 2005 - 12:04

La multinationale helvético-suédoise s'engage à verser un montant supplémentaire de 232 millions de dollars (270 millions de francs).

Les parties se sont entendues sur un nouveau plan de faillite pour régler les questions liées à l'amiante des filiales américaines du groupe helvético-suédois Combustion Engineering (CE) et Lummus Global. Ce plan doit encore recevoir l'aval du tribunal des faillites compétent.

La somme additionnelle convenue de 232 millions de dollars (270 millions de francs) sera dégagée par la vente d'actifs de Lummus Global ou, le cas échéant, avec un apport direct versé par ABB dans les deux ans qui suivront l'entrée en vigueur du plan de faillite.

ABB va adapter les résultats de l'exercice écoulé, déjà publiés, en fonction de cet accord. Le 17 février, le groupe électrotechnique avait publié des chiffres noirs pour 2004, après trois exercices dans le rouge. Il avait dégagé un bénéfice net de 201 millions de dollars (236 millions de francs), contre une perte de 779 millions (914) en 2003.

«Cet accord est un pas important vers une solution définitive des plaintes liées à l'amiante», selon le patron d'ABB Fred Kindle, cité dans le communiqué. Il se dit «très content» de voir que les parties ont pu se mettre d'accord aussi rapidement au sujet de la proposition d'adaptation du plan de faillite initial.

Veto judiciaire

La justice américaine avait refusé en janvier d'étendre l'accord global initial - d'ailleurs lui-même pas encore entériné - de 1,2 milliard de dollars (1,4 milliard) destiné aux victimes de l'amiante à deux filiales américaines d'ABB.

Ces deux entités, qui sont à vendre, sont Lummus (transformation et raffinage dans le secteur pétrolier) et Basic (anciennement rattaché à Combustion Engineering).

Quelque 15'000 plaintes ont jusqu’ici été engagées contre elles. 11'000 concernent la filiale Combustion Engineering. Ce qui avait poussé ABB a qualifié d’insignifiantes les procédures pendantes contre Lummus et Basic que la cour d'appel de Philadelphie n'a pas voulu inclure à l'accord.

Ce même tribunal avait déjà jugé début décembre que ledit accord devait être renégocié, faute d'être équitable pour toutes les parties. La décision avait causé une mauvaise surprise pour ABB comme pour les investisseurs.

Combustion Engineering est actuellement sous la protection de la loi américaine sur les faillites. L'entreprise fabriquait autrefois des chaudières contenant de l'amiante. Lummus et Basic partageaient des sites de production avec cette entreprise.

swissinfo et les agences

Faits

Accord global initial: 1,2 milliard de dollars (1,4 milliard de francs) pour les victimes de l'amiante.
Montant supplémentaire à verser: 232 millions de dollars (270)
En 2004, ABB a dégagé un bénéfice net de 201 millions de dollars (236), contre une perte de 779 millions (914) en 2003.

End of insertion

En bref

- La fusion d’ASEA (Suède) et BBC Brown Boveri (Suisse) a donné naissance en 1987 à ABB.

- ABB est numéro un mondial en matière de technologies de l’énergie et de la robotique.

- A fin 2004, le groupe occupait 102'000 personnes dans le monde.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?