Navigation

Droits de l'homme: l'Université d'été entame à Genève une nouvelle session

A Genève, le Palais des Nations accueille en août de nombreux représentants d’États, ONG et autres milieux concernés. Keystone

En quelques années, l´Université d'été des droits de l'homme a trouvé ses marques. Son objectif est d'offrir une formation originale à des militants, des magistrats, voire des responsables politiques. Sa sixième session vient de s´ouvrir

Ce contenu a été publié le 07 août 2000 - 15:59

La dizaine de jours que ses 60 participants consacrent de manière intensive à ce cursus estival dispensé (en français, anglais et espagnol) dans les bâtiments onusiens est en fait la deuxième étape d'un programme qui a commencé en avril déjà. La particularité de ce projet est en effet de se dérouler en plusieurs phases, dont la première est une formation à distance via Internet.

Ceux et celles qui ont réussi l'évaluation qui la conclut viennent ensuite à Genève. Après quoi il ne leur reste plus, chez eux et avant la fin de l'année, qu'à rédiger le travail de mémoire qui leur ouvre la voie du diplôme universitaire.

En plus de passer en revue les grands principes qui font référence dans le domaine des droits de l'homme, l'Université d'été va cette fois-ci concentrer sa réflexion sur deux thèmes, à savoir les moyens de promouvoir une culture de la paix et les mécanismes de protection des droits de la femme.

Les cours théoriques sont heureusement complétés par une approche plus concrète des réalités, puisque la Sous-Commission des droits de l'homme des Nations Unies tient parallèlement sa session et que le Palais des Nations accueille en août de nombreux représentants d'États, ONG et autres milieux directement concernés.

Cette Université d'été, créée en 1995, résulte de la collaboration de deux organisations non gouvernementales spécialisées dans les questions éducatives. Elle a été reconnue d'intérêt public par le Canton de Genève. Depuis sa première édition, elle a accueilli quelque 230 personnes venues de tous les continents. Nombre d'entre elles, originaires de régions dites à risque, sont quotidiennement confrontées à des situations humanitaires difficiles.

A ce propos, les responsables des cours insistent sur le fait que la formation qu'ils leur offrent peut déboucher sur de véritables actions de défense des droits de l'homme. Un seul exemple: au Mexique et en Equateur, d'anciens étudiants, après être passés par Genève, ont pris des initiatives très concrètes en faveur des populations indigènes de leur pays. L'Université d'été prévoit d'ailleurs l'installation d'un bureau permanent en Amérique latine.

Bernard Weissbrodt

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?