Navigation

Débat fermé
Vivre & vieillir
Jonas Glatthard  Points forts: analyse des données, politique, société, vérification des faits. Initiales: jg

Don d’organes: votre pays de résidence peut-il être une source d’inspiration pour la Suisse?

Les Suisses ont décidé dans les urnes de modifier le principe du consentement au don d’organes. Désormais, on partira du principe que toute personne décédée consentait à donner ses organes, à moins d’avoir expressément indiqué son opposition de son vivant. Jusqu’à présent, on partait du principe qu’elle si opposait, à moins d’avoir clairement exprimé sa volonté de donner ses organes.  

Mais le chemin sera encore long jusqu’à la mise en œuvre de cette modification législative. La loi entrera en vigueur au plus tôt en 2024. D’ici là, des solutions pratiques devront être trouvées en plus des solutions éthiques.

Cette notion de «consentement présumé» au don d’organes est une nouveauté pour la Suisse, mais pas pour la plupart des pays européens, qui l’ont introduite depuis déjà plusieurs années. La Suisse pourrait profiter de ces expériences. Comment le don d’organes est-il réglementé dans votre pays de résidence – et que peut en apprendre de la Suisse?

Les commentaires ont été désactivés pour cet article. Vous pouvez trouver un aperçu des conversations en cours avec nos journalistes ici. Rejoignez-nous !

Si vous souhaitez entamer une conversation sur un sujet abordé dans cet article ou si vous voulez signaler des erreurs factuelles, envoyez-nous un courriel à french@swissinfo.ch.

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?