Navigation

Domenico Trezzini: l’architecte de Pierre le Grand

Le premier Palais d'hiver conçu par Domenico Trezzini en 1711. www.stpetersburg2003.ch

Du Malcantone à St-Pétersbourg: l’histoire de l’architecte tessinois qui a donné naissance à la ville de la Neva.

Ce contenu a été publié le 04 juillet 2003 - 14:32

Sa main a déterminé le style baroque tardif qui caractérise, aujourd’hui encore, l’ancienne capitale de l’empire russe.

Parmi les grandes figures célébrées par le jubilé de St-Pétersbourg, Domenico Trezzini (1670-1734) est incontournable.

Exerçant le métier d’architecte au Danemark, c’est à lui que Pierre le Grand fit appel en 1703 pour réaliser son rêve: donner à l’empire russe une nouvelle capitale, dans le plus pur style européen.

Fils d’architecte, Domenico Trezzini prit en charge la gestion des travaux. Sous ses ordres, une armée de maçons, de décorateurs et d’urbanistes. Quelques bâtiments clés du paysage de St-Pétersbourg portent sa griffe.

La forteresse Pierre et Paul, la cathédrale éponyme, et le palais d’été. Mais la ville lui doit aussi le traçé des grandes avenues et d’innombrables projets de parcs et de palais.

Ses créations se distinguent par la sobriété de style du baroque tardif. Un travail imprégné de spiritualité nordique, en dépit de ses origines transalpines. Et après sa mort, son fils Pietro Antonio perpétua son œuvre.

Les mains oubliées

La ville est née sur le delta de la Neva. Un terrain hostile pour construire palais et monuments faits pour survivre à l’enchaînement des siècles et illustrer le règne des souverains qui en sont à l’origine.

Comme ce fut le cas pour Venise, St-Pétersbourg repose sur des millions de troncs d’arbres enfoncés dans les sables du fleuve.

Des myriades d’esclaves et de serfs de la glèbe ont ainsi permis au génie d’architectes comme Trezzini de faire sortir des eaux un miracle que l’on peut contempler aujourd’hui encore.

En cette année de festivités, le Tessin et la ville de St-Pétersbourg portent une attention particulière au maître-artisan de la matérialisation du rêve de Pierre le Grand.

Au mois de juillet en Russie et cet automne au Tessin, une exposition sera entièrement dédiée au premier directeur des travaux qui a laissé une trace indélébile sur les rives de la Neva.

swissinfo, Daniele Papacella
(Traduction: Jean-Didier Revoin)

En bref

L'exemple de Trezzini illustre une tradition de maîtres-constructeurs issus de Lombardie qui dura plusieurs siècles.

Ses premiers représentants, originaires de la région qu'on appelle le Tessin aujourd'hui, se sont fait remarquer dès le XVe siècle.

Mais c'est au début du XVIe siècle, après la conquête du Sud des Alpes par les Confédérés, que ces émigrants ont réalisés leurs plus grands travaux.

Francesco Borromini, maître du style baroque dans la Rome des papes, est le plus célèbre d'entre eux. Mais de nombreux décorateurs et architectes ont aussi émigré dans le nord de l'Europe.

On peut admirer leur travail en Bavière, en Autriche, en Pologne et en Russie qui caractérise aujourd'hui le baroque.

Cet héritage a laissé des traces jusqu'à aujourd'hui. Le Tessin possède en effet de nombreux architectes de renomée internationale.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?