Navigation

Des soucis concrets, la 5e Suisse en a elle aussi

L'attention des participants du Congrès est retenue par les questions liées à la place financière suisse.(OSE) swissinfo.ch

Représentation au Parlement des Suisses de l'extérieur, crise des finances publiques et situation des expatriés d'Argentine ont constitué l'essentiel des préoccupations du congrès de Crans-Montana.

Ce contenu a été publié le 30 août 2003 - 19:28

L'hôte d'honneur en était le Président de la Confédération.

«Chaque année, votre congrès est l'occasion d'aborder vos soucis concrets», a lancé un Pascal Couchepin qui ne croyait pas si bien dire devant le Congrès des Suisses de l'étranger.

Suite à ses nombreux voyages, le Président de la Confédération s'est ému de l'image fortement détériorée de la Suisse chez les jeunes européens. Devant les représentants de la 5e Suisse, il a également fait part de ses inquiétudes sur l'évolution de l'état social helvétique.

Inquiétudes de la 5e Suisse

Pascal Couchepin est certes un modeleur d'actualité. Mais celle des Suisses de l'étranger ne s'est pas arrêtée au discours du président de la Confédération.

A Crans-Montana, le congrès annuel de la 5e Suisse s'est fait le miroir des préoccupations de quelque 600'000 Helvètes de l’extérieur. Et plutôt qu'un vague mal du pays, ces Suisses éprouvent la dure réalité de l'époque et ses contraintes.

La situation du ménage helvétique – notamment les finances fédérales et cantonales – inquiètent ces Suisses qui craignent de faire les frais des futures coupes budgétaires en 2004

Directeur de l'Organisation des Suisses de l’étranger (OSE), Rudolf Wyder a notamment relevé l'attachement de son organisation au maintien d'une offre élargie d'informations dans les langues nationales. Dans le cas contraire, les Suisses de l'étranger seront prétérités dans l'usage de leurs droits politiques.

Le coût de la crise

«Le dommage qui menace notre pays est considérable s'il en vient à détendre ses liens avec les expatriés, s'il réduit le flot d'informations, s'il abandonne les écoles suisses à l'étranger», avertit Georg Stucky, président de l’OSE.

L'OSE a d’ailleurs fait connaître par écrit sa position au Conseil fédéral. Elle exige le maintien inconditionnel de Présence Suisse et de l'appui financier de la mission de SSR SRG idée suisse à l'étranger par l'intermédiaire de swissinfo/SRI. Elle réclame aussi un soutien financier assuré pour les écoles suisses de l'étranger.

Cela étant, Georg Stucky relève que la ministre des Affaires étrangères se montre très ouverte aux préoccupations de la diaspora. Micheline Calmy-Rey soutient en effet l'idée du vote électronique pour les expatriés, la Revue Suisse et le maintien des services consulaires.

Le cas argentin

Un cas cruel pour les Suisses de l'étranger, celui de l'Argentine, a aussi été évoqué samedi. Le pays abrite la neuvième communauté d'expatriés suisses dans le monde et la première en Amérique du Sud. Et sa situation est critique.

Une crise économique, politique et sociale sans précédent a plongé de nombreux Suisses exilés dans la précarité.

Les institutions pour les aider font défaut sur place et la législation suisse empêche toute assistance efficace aux très nombreux bi-nationaux dans le pays même. Ce qui pousse nombre d'expatriés au retour.

L'OSE aimerait pouvoir soutenir ses membres dans leur nouvelle patrie. Elle a adopté une résolution dans ce sens et attend du Département des Affaires étrangères qu'il se saisisse du dossier.

Le poids du bulletin

Avec 82'000 électeurs potentiels et 16 candidats, les Suisses de l'étranger pèseront d'un poids certain lors des élections fédérales de cet automne. Ce que n'ont pas manqué de constater les partis politiques.

A Crans, cinq candidats en liens étroits avec les Suisses du dehors - Sylvain Aster (radical), Remo Gysin (socilaliste), Rolf Schudel (UDC), Jacques-Simon Eggly (libérial) et Remo Galli (PDC) – ont évoqué la plate-forme de leur partis respectifs. Plusieurs députés de l'intérieur ont également été aperçus dans les couloirs du congrès.

Cette année, le thème principal du congrès était la place financière suisse. «Il est clair qu'elle est fortement critiquée en Suisse alors que nos concurrents ont leur opinion publique derrière eux», a notamment constaté Jacques-Simon Eggly, vice-président de l'organisation des Suisses de l'étranger (OSE).

Quant au prochain congrès des Suisses de l'étranger, il aura lieu du 20 au 22 août 2004 à Winterthour. Il traitera de la signification de la technologie pour la Suisse et la formation.

swissinfo, Pierre-François Besson à Crans-Montana

En bref

- Le Congrès des Suisses de l'étranger se termine dimanche à Crans-Montana (VS).

- 500 personnes dont 350 membres de la 5e Suisse sont sur place.

- La place financière suisse a constitué le thème central de ce 81e congrès.

- Et la journée de dimanche est consacrée à une visite récréative de la région.

- Parmi les personnalités présentes figuraient le président de la Confédération Pascal Couchepin et la ministre des Affaires étrangères du Salvador et double nationale, Maria Eugenia Brizuela de Avila

- Samedi, le Conseil des Suisses de l'étranger s'est notamment penché sur les élections fédérales de cet automne, la situation des Suisses d'Argentine, la loi sur la radio et télévision et la présence de SSR SRG idée suisse à l'étranger.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?