Navigation

Des négociations dans l'impasse

Les ouvriers du bâtiment réclament notamment 120 francs d'augmentation de salaire. Keystone Archive

Les syndicats exigent la retraite à 60 ans pour les travailleurs du bâtiment, moyennant 80% du salaire. Les entrepreneurs posent des conditions.

Ce contenu a été publié le 17 mars 2002 - 08:36

Le torchon brûlait depuis longtemps entre le Syndicat industrie et bâtiment (SIB) et la Société suisse des entrepreneurs (SSE). Les partenaires sociaux planchent donc depuis août sur une nouvelle convention collective.

Une espérance de vie plus courte

Or, les négociations n'ont toujours pas abouti. Et le temps presse, puisque la convention nationale qui régit la branche échoit à fin mars.

Elles portent sur 120 francs d'augmentation pour l'ensemble des travailleurs de la construction et sur la retraite anticipée d'ici à trois ans avec une rente équivalente à 80% du dernier salaire.

Le syndicat invoque l'usure des travailleurs. «Des études prouvent que l'espérance de vie des ouvriers du bâtiment est plus courte que celle de nombreux autres salariés», affirme Jacques Robert.

Et le secrétaire central du SIB d'ajouter: «Ils profitent donc peu de leur AVS. Ce qui est injuste. De plus, une bonne partie d'entre eux terminent leur carrière au chômage ou à l'assurance invalidité».

3% de la masse salariale

Du côté des entrepreneurs, on admet volontiers que le métier reste dur. «Raison pour laquelle, rappelle Serge Oesch, les conditions salariales sont supérieures à celles d'autres branches.»

«Nous avons prévu une augmentation de 3% de la masse salariale pour cette année, précise le secrétaire romand de la société suisse des entrepreneurs (SSE). 2% seront consacrés à l'augmentation des salaires. Et le reste (1%) pourrait être attribué aux retraites anticipées.»

Dernière concession: le SSE est prêt à introduire une réduction de la durée du temps de travail dès l'an prochain. Mais uniquement pour les travailleurs de 63 ans. Une nouvelle proposition qu'il devrait mettre lundi prochain sur la table des négociations.

swissinfo/Vanda Janka

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?