Navigation

Des milliers de marathoniens au pied de la Jungfrau

Ils sont chaque année plusieurs milliers à courir sur les sentiers reliant Interlaken à la Petite-Scheidegg. Keystone Archive

Il s'agit de l'une des plus prestigieuses courses de montagne au monde. Chaque année, depuis 1993, les meilleurs marathoniens de la planète se mesurent, au pied de la Jungfrau, sur les sentiers qui relient Interlaken à la Petite-Scheidegg.

Ce contenu a été publié le 01 septembre 2001 - 11:48

Disputée sur la distance réglementaire de 42,192 kilomètres, le Marathon de la Jungfrau est un rendez-vous incontournable pour les meilleurs spécialistes de la discipline. En 1993, lors de sa première édition, les organisateurs avaient compté 2000 inscriptions. Cette année, ils en ont reçu 3600.

Des coureurs venus du monde entier

«En Suisse, se souvient Heinz Schild, fondateur et chef de course du Marathon, la tradition des courses de montagne a débuté avec le fameux Sierre-Zinal. Le Swiss Alpine Marathon de Davos a suivi. Et puis, comme j'avais été speaker de la course grisonne durant sept ans, j'ai eu l'idée de faire pareil dans l'Oberland, dans la région de la Jungfrau.»

Samedi matin, à Interlaken, pour la neuvième édition du Marathon de la Jungfrau, des athlètes de 48 nations étaient au départ. Parmi eux, le Suisse Marco Kaminski, le Népalais Hari Rokaya (quatre fois vainqueur du Marathon du Mont-Everest) et les Marocains Lahcen et Ahansal.

10 000 francs pour le vainqueur

Au total, 1800 coureurs suisses et autant d'étrangers venus d'Europe, d'Asie, d'Afrique, d'Australie et d'Amérique avaient fait le voyage de l'Oberland bernois avec le secret espoir de remporter la course bien sûr. Mais aussi les 10 000 francs promis au vainqueur.

Pour les 800 bénévoles et la centaine de médecins et de samaritains du Marathon, l'édition 2001 faisait figure de répétition générale avant le jubilé de l'an prochain. Pour le dixième anniversaire de son épreuve, Heinz Schild prévoit près de 6000 athlètes au départ. Soit trois fois plus que pour la première de 1993.

Mathias Froidevaux

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?