Navigation

Davos piégé

Le Davosien Reto von Arx (en jaune) s'envole vers le but finlandais. Keystone

La peur au ventre, les Grisons perdent 2-1 le match de la vérité contre Turku et se retrouvent en bien mauvaise posture. La Coupe Spengler est relancée.

Ce contenu a été publié le 30 décembre 2001 - 10:36

Tendu, nerveux, le duel entre Davos et les Finlandais de Turku a débouché sur une véritable partie d'échecs. Un vrai match de play-off, où la moindre erreur se paie comptant.

Paralysés par l'enjeu

Rencontre de la dernière chance pour les Finlandais, de l'accession en finale pour les Grisons, l'enjeu était, il est vrai, de taille. Et ce n'est qu'au troisième tiers, seulement, que les espaces se sont faits plus saillants.

La réussite de Peter Schaefer en toute fin de seconde période (38'41), allait en effet obliger les protégés d'Arno Del Curto, pétrifiés, à sortir de leur réserve. Véritable chasseur de but, l'ancienne vedette de Vancouver lançait enfin une partie bloquée.

En se ruant à l'assaut des buts finlandais, les Davosiens recouvraient leur vrai visage. Et égalisaient très rapidement par Miller (40'21). Pleine comme un œuf, la «cathédrale» retenait son souffle.

Au bord le l'asphyxie, elle crut alors à plusieurs reprises pouvoir laisser exploser sa joie. Comme lorsque Bohonos, seul devant le gardien adverse, manquait par deux fois l'immanquable.

Plus calmes, plus patients, les Finlandais laissaient passer l'orage et plaçaient leurs banderilles. Le tenant du titre, souffrait, il allait s'affaisser. D'une subtile déviation (52'44), Shearer jouait le rôle du matador et enfonçait le dernier pic. Davos n'allait plus se relever.

La Coupe Spengler relancée

Grâce à cette victoire, acquise de haute lutte, les Finlandais rejoignent leurs rivaux grisons au classement - à deux points du Team Canada - et relancent l'intérêt de la compétition. Les rencontres de dimanche seront en effet décisives. Elles désigneront les deux finalistes de cette 75ème édition.

Plusieurs cas de figure sont possibles. Mais pour oser espérer, les Davosiens, en position inconfortable, se doivent impérativement de l'emporter contre la sélection nord-américaine. En cas de victoire grisonne, la décision finale ne sera cependant pas connue avant la fin du dernier match opposant Turku à Prague. Suspense, suspense.

Mathias Froidevaux, Davos

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?