Navigation

Début de normalisation dans les zones inondées

Un salon de coiffure dans le quartier de la Matte à Berne. Keystone

La situation se normalise après les intempéries du début de semaine. Dimanche, plusieurs offices religieux ont été célébrés en mémoire des victimes.

Ce contenu a été publié le 28 août 2005 - 15:03

Selon un haut fonctionnaire de la Confédération, la protection contre les inondations coûtera des milliards de francs ces prochaines années.

Dans l'Oberland bernois, deux offices se sont déroulés à Brienz où deux personnes ont perdu la vie. Les travaux de déblaiement ont été interrompus samedi soir pour que les équipes de secours puissent bénéficier d'un jour de congé.

A Oey-Diemtigen (canton de Berne), les gros travaux avec machines de chantier ont également été stoppés pour laisser aux habitants suffisamment de place pour faire le ménage.

Entre 60 et 70 personnes devront toutefois patienter des semaines voire des mois avant de retrouver leurs quatre murs.

A Thoune, les équipes de secours ont été réduites à environ 60 pompiers, militaires et hommes de la protection civile, indique Hans-Ueli Gerber, chef de la centrale d'intervention.

La journée de dimanche sert encore à l'évacuation du bois flottant aux endroits critiques.

Niveau des lacs en baisse

Le lac de Thoune a baissé samedi plus vite que prévu, mais il se situait toujours dimanche quelque 20 centimètres au-delà de sa cote d'alerte de 558,30 mètres.

Dans les quartiers inondés ou riverains du lac, le courant n'est que partiellement rétabli. Une nette amélioration n'est prévue que lundi. Le lac de Thoune est toujours interdit à la baignade pour des raisons sanitaires.

À Berne, où l'Aar recule également petit à petit, les derniers des 340 évacués du quartier de la Matte ont pu rentrer chez eux samedi.

Mais la plupart de ces derniers devraient continuer à habiter ailleurs car la plupart des logements n'ont toujours ni électricité, ni gaz. Le quartier entier est en chantier.

Le niveau du lac des Quatre-Cantons a perdu 36 centimètres par rapport à son pic de 434,86 mètres de mercredi.

Axe nord-sud en service

Signe de détente, l'axe nord-sud est de nouveau en service via le rail et la route. Depuis vendredi, des trains circulent à nouveau sur la ligne du Gothard et l'horaire devrait être respecté dès lundi matin.

L'autoroute A2 a de son côté été entièrement rendue à la circulation samedi matin. Le tronçon entre Brunnen (canton de Schwytz) et Flüelen (Uri) a été ouvert vendredi pour le week-end jusqu'à lundi à 08h00.

Cette autoroute sera également accessible lundi de 17h00 à 21h00. Dès mardi, elle sera aussi rouverte aux poids lourds.

Des perturbations sont attendues aux endroits où les dégâts ont été importants. Des tronçons secondaires, notamment dans le canton de Lucerne, restent fermés.

A Obwald, un pont aérien assuré par l'armée relie la station touristique d'Engelberg au monde depuis vendredi. Un service de navette par bus dessert la vallée du Melchtal. Des routes devraient être achevés dans ces deux zones en milieu de semaine prochaine.

Electricité rétablie

Dans le canton de Nidwald, la remise en état du réseau électrique est presque achevée. Seuls 200 foyers sont encore privés de courant. L'approvisionnement en eau potable est également en cours de normalisation.

Selon un premier bilan, les intempéries ont causé environ 150 glissements de terrain d'importance dans ce canton. Quelque 500'000 m³ de terre et beaucoup de bois ont été emportés par les eaux.

Dans plusieurs communes lucernoises et obwaldiennes, l'eau doit encore être bouillie avant d'être bue.

En de nombreux endroits aussi, les autorités appellent à une utilisation parcimonieuse de l'eau potable.

Selon le dernier bilan, les intempéries ont fait six morts. Les assureurs estiment les dommages à plus d'un milliard de francs. Les dégâts à l'agriculture s'élèvent à 10 millions de francs.

Vice-directeur de l'Office fédéral des eaux et de la géologie, Andreas Götz indique dimanche dans l'hebdomadaire NZZ am Sonntag que la protection contre les inondations coûtera des milliards de francs ces prochaines années.

Il constate aussi qu'en l'état, on ignore où il faut investir. La carte des dangers naturels dans les régions habitées en Suisse sera terminée dans huit à dix ans seulement.

Un milliard pour le Rhône

Certaines mesures à prendre ces prochaines années sont toutefois déjà connues. L'assainissement des systèmes de protection sur le Rhône coûtera un milliard de francs, par exemple.

Sur la Linth (Glaris) et le Rhin, les systèmes devront en partie être renouvelés. Actuellement, le budget alloué par la Confédération pour la protection contre les crues est de 60 millions par an.

Le conseiller fédéral Moritz Leuenberger estime pour sa part dans Le Matin dimanche qu'«il s'agit désormais de donner plus de place aux cours d'eau et de renoncer à l'utilisation des zones à risque».

Pour le ministre des infrastructures, la meilleure politique d'épargne est celle de la prévention.

«Avec le réchauffement de la planète, il faut s'attendre à des événements de ce type, note encore le ministre. Il est donc important que notre politique de réduction de CO2 soit poursuivie et atteigne les buts fixés.»

swissinfo et les agences

Faits

Les promesses de dons auprès de la Chaîne du Bonheur atteignent déjà plus de 3 millions de francs.
Le 31 août, elle organisera une journée de collecte nationale en faveur des victimes des intempéries.
Le compte de chèque postal de la Chaîne du Bonheur est le 10-15000-6, mention «Intempéries en Suisse».

End of insertion
En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?