Navigation

TV Bourdo-net, les 1001 voix d'un quartier

Une drôle de télé... swissinfo.ch

Depuis près de trois ans, la télévision de la Bourdonnette est la voix multiculturelle de ce quartier à loyers modérés de la périphérie lausannoise.

Ce contenu a été publié le 31 mars 2005 - 16:47

Plus qu’une télévision, TV Bourdo-net offre un espace de dialogue et de rencontre aux 1800 habitants de 45 nationalités différentes.

De l’extérieur, on aperçoit d’abord les blocs de béton de la Bourdonnette, cernés par l’autoroute et les grands axes routiers, avant de s’infiltrer par l’une des ruelles qui mènent au cœur du quartier: la Place du Soleil.

La vie de la Bourdonnette s’organise autour de cette place. Un bistrot de quartier, une poste, un centre socioculturel, un coiffeur, un centre commercial, un kiosque et à l’époque une boulangerie... aujourd’hui occupée par une télévision: TV Bourdo-net.

Le projet à l’origine de cette télévision à caractère associatif est né en 2002. L’idée était de créer un espace d’expression pour faciliter la communication au sein de la communauté hétérogène qui vit dans le quartier de la Bourdonnette.

Essentiellement latine lorsque le quartier a été construit dans les années 60, la population s’est, petit à petit, transformée. Aujourd’hui, 45 nationalités différentes sont représentées. «Je n’ai pas un seul ami qui vient du même pays», confirme Rasim Cai.

Un lieu d’expression

D’origine turque, Rasim Cai a grandi à la Bourdonnette, avant de déménager. Aujourd’hui, il y est revenu pour faire un stage à la télévision de quartier. Depuis janvier, il suit une formation audiovisuelle et a sa propre émission musicale, Bourdozik.

«Quand on était adolescent, se souvient Rasim Cai, on se disait: 'Pourquoi ils nous ont mis ici, un peu à l’écart?’. Aujourd’hui, les gens ont leur télévision pour s’exprimer. C’est une bonne chose.»

«Et ça nous aide à nous rapprocher les uns des autres», ajoute Aristide Abena. De passage ce jour-là pour donner un coup de main à l’équipe de TV Bourdo-net, cet habitant du quartier est bénévole. Passionné de hip-hop, il participe aussi à l’émission Bourdozik.

La télévision des habitants

Pas à pas, la télévision prend donc sa place dans la vie du quartier. Les habitants se l’approprient. C’était d’ailleurs l’objectif du projet. «Rien n’est encore gagné, reconnaît toutefois Stéphane Richard, le responsable de TV Bourdo-net. C’est un travail de longue haleine. Mais il évolue, chaque jour un peu plus.»

A cet instant de l’interview, un habitant nous interrompt: «Je te rapporte ta colonne...» «Il travaille au centre socioculturel, explique Stéphane Richard. On leur prête parfois du matériel quand ils organisent des manifestations.»

D’ailleurs, ce ne sera pas la seule interruption de la journée. Il faut dire que les portes de la télévision sont toujours ouvertes. «Les gens s’arrêtent pour prendre un café. On discute un moment. Un jour, deux gosses sont entrés, ils ont pris une caméra et ils ont fait un petit téléjournal qu’on a diffusé.»

L’actualité de la Bourdonnette


Dans cette atmosphère vivante et un peu désordonnée, l’équipe de TV Bourdo-net parvient pourtant à offrir un programme de qualité. Elle propose des émissions régulières - un journal télévisé, les ateliers du samedi, les anniversaires de Madame Moonneegan, etc.

Ponctuellement, elle présente aussi des reportages liés à un événement d’actualité. La télévision de quartier s’est par exemple beaucoup engagée pour sauver le bureau postal de la Bourdonnette menacé par la restructuration de la Poste suisse.

Mais le point fort du programme, c’est le tournage, chaque mardi, de Quoi?, le téléjournal hebdomadaire. Cette semaine, il est présenté par Rahim Mohammadi.

Kurde d’Iran, Rahim Mohammadi a emménagé à la Bourdonnette en 1999. Il a très vite rejoint l’équipe TV en tant que caméraman tout d’abord, puis dès 2003, comme présentateur du journal télévisé.

«C’est merveilleux de suivre le parcours d’une personne qui arrive ici et ne connaît rien à l’audiovisuel, et qui finalement présente le journal télévisé, par exemple, comme Rahim qui ne maîtrise pas encore le français», commente Stéphane Richard.

A l’image du quartier

Un présentateur kurde, l’autre portugais, une invitée italienne, un animateur africain, un caméraman turc... Une télévision à l’image de son quartier?

«En partie, répond le responsable de TV Bourdo-net. Les 45 nationalités ne sont pas encore toutes représentées ici, mais l’idéal serait qu’elles le soient un jour...»

swissinfo, Alexandra Richard

Faits

TV Bourdo-net est née en 2002 sur l’initiative de Raymond Braun.
Aujourd’hui, le projet est soutenu par la gérance du quartier de la Bourdonnette - la fondation FLCL - et par la Ville de Lausanne.
Le fonctionnement est assuré par deux personnes à 80%: Stéphane Richard et Marc Laubscher.
En termes de taille, TV Bourdo-net n’est pas une exception. Mais la télévision de quartier est un cas particulier et original de par son caractère associatif, selon l’Office fédéral de la communication.

End of insertion

En bref

- La Bourdonnette est un quartier à loyers subventionnés. Il a été construit à la fin des années 60.

- La population, essentiellement latine au début, s’est transformée au fil des ans. Aujourd’hui, 45 nationalités différentes sont représentées.

- La télévision de quartier TV Bourdo-net a pour objectif de créer un espace d’expression pour faciliter la communication au sein de cette communauté hétérogène.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?