Navigation

Aller et retour entre la Suisse et la Russie

Plan axonométrique de Saint-Pétersbourg. Archives d'Etat de la Marine Russe, Saint-Pétersbourg

La présence des Suisses en Russie a des racines historiques originales. A découvrir grâce à une exposition au Musée historique de Lausanne.

Ce contenu a été publié le 01 mars 2006 - 08:18

Cette présence va au-delà des grands architectes tessinois dans la Russie des tsars. Ils y ont construit de fastueux palais impériaux, la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul et la célèbre perspective Nevsky de Saint-Pétersbourg.

La scintillante Russie impériale voulue par Pierre le Grand aurait-elle été la même, avec son luxe et ses contradictions, sans les Suisses? L'exposition de Lausanne tente de répondre à cette question.

Au 18ème siècle, sous le règne de Pierre le Grand et de Catherine II, l'empire atteint son apogée. Il s'étend jusqu'à la Mer Baltique et à la Mer Noire. Et en 1703, il s'attaque à la construction, digne des Pharaons, de Saint-Pétersbourg.

Un amiral de l'empire

C'est précisément un Suisse, François Le Fort, qui a dirigé des conquêtes militaires. Capitaine de l'armée du tsar à partir de 1679, ce Genevois a accompli une véritable escalade sociale pour devenir, en 1696, amiral de l'empire. Le philosophe et écrivain français, Voltaire, l'avait décrit en termes flatteurs.

On apprend également que Frédéric-César de la Harpe, un Lausannois, a été le précepteur personnel du prince Alexandre. Avant d'être renvoyé à cause de ses idées jacobines exprimées dans des pamphlets, le Vaudois a donné un élan déterminant à l'ouverture artistique et culturelle et au bon goût cosmopolite de la cour impériale.

Montres et bijoux

«Auprès des nobles russes, les Suisses étaient réputés pour leur précision et leur sérieux», explique Alexandra Kaourova, curatrice de l'exposition lausannoise.

«Ils avaient l'avantage de connaître les langues et leur rigueur calviniste était très appréciée. Ils étaient donc considérés comme les meilleurs précepteurs sur le marché. »

La précision et l'honnêteté ont aussi fait la fortune des horlogers et des bijoutiers. Ainsi, en 1729, Jérôme Pauzié qui était au service d'Elisabeth Petrovna, fille de Pierre le Grand, réalisa la couronne impériale de Catherine II. Faite d'or et d'argent, elle était sertie de diamants, perles et rubis.

Des miniaturistes

Après Pauzié, Jean-Pierre Ador (1716-1799) ainsi que les horlogers Jean et Marc-Conrad Fazy, Philippe Dubois, Abraham-Louis Bréguet ou encore Antoine-Norbert de Patek ont fait de Saint-Pétersbourg, un des bastions de leur gloire internationale.

A leurs côtés, oeuvraient plusieurs miniaturistes genevois dont les magnifiques tabatières et les ivoires peints peuvent être admirés à Lausanne.

Au 19ème siècle, les manufactures de François Birbaum et de Carl Fabergé contribuent à un développement extraordinaire de l'art appliqué dans l'aristocratie russe et les autres cours européennes.

Grandeur et décadence

Le paysage serait incomplet si l'on omettait de mentionner l'apport des scientifiques. Ainsi, la «Kunstkamera» - édifiée par le Bâlois N.-F. Härbel - où siégeait, en 1725, l'Académie des Sciences, pullulait de génies helvétiques comme le mathématicien Jacob Hermann ou le physicien Leonhard Euler.

Le Musée lausannois évoque aussi le rôle des ouvriers-esclaves qui travaillaient à la construction spectaculaire de Saint-Pétersbourg.

Il est aussi possible d'y voir les dernières photographies connues de la dynastie des Romanov, prises en avril 1918 par le photographe suisse Pierre Gillard.

Il y écrit la coexistence entre autocratie et luxe, entre grandeur et tragédie dans un contexte où le tsar, illuminé et ignare, ne savait rien ou ne voulait rien savoir de la misère noire dans laquelle vivait son peuple.

Lénine élève d'un Neuchâtelois

Autre découverte possible: Les clichés monumentaux et les illustrations géantes du pionnier tessinois de la photographie, Ivan Bianchi. Ces photos - véritables joyaux artistiques - ont été retrouvés il y a quelques années dans les archives de la Bibliothèque cantonale de Lugano.

Au Musée de Lausanne, elles sont complétées par des aspects moins aristocratiques. Preuve en est, l'évocation des viticulteurs vaudois ou celle du précepteur neuchâtelois Jacques-Alexis Lambert qui enseignait dans un lycée sibérien.

Il y avait comme élève un certain Vladimir Ilitch Oulianov, passé à l'histoire sous le nom de Lénine.

Des Russes en Suisse

Si les Suisses ont été nombreux à émigrer en Russie où ils ont laissé des traces indélébiles, dès le 19ème siècle, les Russes sont arrivés à leur tour dans notre pays.

«Nicolas Karamzin a écrit des pages merveilleuses sur la réalité helvétique, dans la ligne des idées transmises par Jean-Jacques Rousseau», explique Laurent Golay, directeur du Musée historique de Lausanne.

«Mais ce ne sont pas seulement des touristes qui sont arrivés en Suisse. Au 19ème siècle, des étudiants en médecine par exemple se sont installés, en grand nombre, à Zurich pour y fréquenter l'université.»

Les exilés et les révolutionnaires aussi se sont établi en Suisse. Parmi eux se trouvaient plusieurs artistes. Ainsi, l'exposition retrace la collaboration entre l'écrivain vaudois Pierre-Ferdinand Ramuz et le musicien russe Igor Stravinsky, le séjour genevois du physicien soviétique André Sakharov, Prix Nobel de la Paix en 1975 et de sa femme Elena Bonner, celui des peintres du groupe « Die grosse Bär » à Ascona (TI).

De Nabokov à Sakharov

Elle présente aussi quelques portraits de l'écrivain Vladimir Nabokov (1899-1977), inoubliable auteur de «Lolita» (1955).

Les photos avaient été réalisées par le photographe allemand Horst Tappe (1938-2005) à Montreux où l'auteur polyglotte qui avait fui la Russie à la révolution s'était installé en 1961.

L'exposition propose aussi une étonnante collection de papillons capturés par Nabokov entre Lenzerheide (Grisons) et le Léman.

L'histoire retracée à Lausanne survole les siècles et les arts. C'est l'histoire des rapports entre la Suisse et la Russie, une histoire aux multiples facettes.

swissinfo, Pierre Lepori, Lausanne
(Traduction-adaptation de l'italien, Gemma d'Urso)

En bref

- «L'année du jubilé 2006» s'est ouverte le 14 février. Elle commémore 190 ans de relations diplomatiques entre la Suisse et la Russie et prévoit une centaine d'évènements.

- L'exposition «Suisse-Russie : des siècles d'amour et d'oubli 1680-2006 » s'est ouverte au Musée historique de Lausanne le 17 février. Elle fermera ses portes le 21 mai prochain.

- Le catalogue a été publié par les éditions «Benteli Verlag», aux bons soins de Laurent Golay et Alexandra Kaourova. Il est disponible en français et en russe.

End of insertion

Faits

Avant la révolution de 1918, 60'000 Suisses au moins ont tenté fortune en Russie, nation considérée comme un Eldorado de l'émigration.

Parmi les Suisses célèbres au pays des tsars, citons:


Le stratège François Le Fort
Le précepteur Frédéric-César de la Harpe
Les architectes Domenico Trezzini, Luigi Rusca et Domenico Gilardi
Les scientifiques Jacob Hermann et Leonhard Euler
Les bijoutiers Jérôme Pauzier et Jean-Pierre Ador
Les horlogers Abraham-Louis Bréguet et Antoine-Norbert Patek

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?