Navigation

Crash du SR 111: l'armée américaine à nouveau montrée du doigt

De forts champs magnétiques peuvent paralyser les appareils de bord. (Ici le cockpit d'un MD11 de Swissair.) Keystone

Alors qu'une cérémonie a marqué samedi à Peggy's Cove le 2e anniversaire de la tragédie du vol 111 de Swissair, une revue américaine relève des similitudes troublantes avec le crash du Boeing de la TWA en 1996. L'armée américaine est mise en cause.

Ce contenu a été publié le 03 septembre 2000 - 12:22

Selon les recherches menées pendant deux ans par une journaliste du très sérieux New York Review of Books, Elaine Scarry, l'enquête officielle révèle des négligences inquiétantes.

Intitulé «Swissair 111: l'histoire qui n'est jamais racontée», l'article dresse des parallèles surprenants entre les deux catastrophes, jamais relevés auparavant. Ainsi les deux avions ont décollé de l'aéroport JFK à New York, emprunté la même route aérienne, décollé à la même heure (20 h. 19), le même jour de la semaine (mercredi), ont connu une panne radio au même moment, entre 12 et 14 minutes après le décollage. Enfin, tous deux ont été victimes d'une panne radio et d'un grave problème électrique dont la cause exacte, dans un cas comme dans l'autre, demeure inconnue.

Certes, le vol TWA 800 a explosé en plein décollage alors que le SR 111 a poursuivi sa route pendant une bonne heure avant la chute au large des côtes canadiennes. Mais la radio des deux appareils s'est tue à peu près au même moment, alors qu'ils longeaient une zone militaire où se déroulaient des manoeuvres aéronavales, soit «une zone de très forts champs magnétiques» de milions de watts, susceptibles de provoquer des courts-circuits.

Elaine Scarry révèle en outre que trois sous-marins et des avions de surveillance électronique P3 étaient engagés dans des manoeuvres de la marine américaine au moment du darme du SR 111. Et de rappeller qu'après la chute du Boeing de la TWA, Pierre Salinger, ex-porte-parole de John Kennedy, avait avancé l'hypothèse d'un missile, avant de faire marche arrière.

Malgré ces faits troublants, ignorant ces éléments externes, comme du reste les causes du black-out radio de 13 minutes, les investigations sur la chute du MD11 de Swissair se sont jusqu'ici limitées aux seuls facteurs internes de l'accident. Aucune des deux enquêtes ne répertorie le matériel militaire déployé tout près du couloir civil utilisé par les deux appareils, secret défense oblige.

Certes, la thèse militaire n'est qu'une hypothèse. Mais le New York Revue of Books soulève bien des questions jusqu'ici sans réponses. Du reste, le journal, qui s'intéresse également au crash du vol Egyptair 990 survenu dans la même zone, a demandé au gouvernement américain d'ouvrir une enquête approfondie sur les champs magnétiques présent dans le secteur.

En attendant, les familles des victimes attendent toujours, sinon de connaître toute la vérité, du moins que justice soit faite.

swissinfo

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?