Navigation

Coupe Davis: la Suisse orpheline de Federer

Keystone

La Suisse affronte les Etats-Unis ce week-end à Birmingham pour le compte du premier tour de la Coupe Davis. Sans Roger Federer, blessé au dos, les chances de qualification helvétiques sont minimes. Un désistement qui a suscité de l'incompréhension.

Ce contenu a été publié le 06 mars 2009 - 11:05

Ce devait être un duel de géants. Le match au sommet de ce premier tour de Coupe Davis version 2009, une sorte de remake de la finale de 1992, lorsque la Suisse, emmenée par Marc Rosset et Jakob Hlasek, avait bien failli créer la surprise en finale de la compétition face aux Etats-Unis.

Mais depuis le 17 février, date de l'annonce du forfait de Roger Federer, la rencontre Etats-Unis – Suisse agendée ce week-end (6-8 mars) a perdu pratiquement tout son intérêt.

On imagine en effet mal comment l'équipe de Suisse amputée de sa star mondiale puisse venir à bout des redoutables Américains, qui possèdent dans leurs rangs Andy Roddick et James Blake, respectivement numéros 6 et 13 mondiaux, ainsi que la meilleure paire de double du monde avec les jumeaux Bob et Mike Bryan.

Une vieille blessure

Pour justifier son désistement, Roger Federer a invoqué sur son site internet une blessure survenue en fin de saison dernière. «Après ma blessure au dos l'automne dernier, je n'ai pas disposé de suffisamment de temps pour me rétablir totalement. Je profiterai des prochaines semaines pour récupérer pleinement et être prêt pour le reste de la saison 2009».

Cette annonce a provoqué un tollé de réactions parmi les fans du champion ainsi que dans la presse helvétique. Beaucoup de voix se sont fait entendre pour mettre en doute la réalité du mal dont souffre le no2 mondial.

Car Roger Federer n'a jamais évoqué cette blessure depuis le Masters de Shanghaï en octobre 2008 et a semblé en toute possession de ses moyens lors de l'Open d'Australie en février dernier.

Les doutes des anciens

Dans des entretiens accordés à la SonntagsZeitung et au site tsrsport.ch, Jakob Hlasek, ancien joueur qui a vécu l'épopée de 1992 et la finale perdue face aux Etats-Unis, s'étonne de ce forfait: «Depuis 4 mois, Roger Federer dit des choses puis fait le contraire! C'est ça que j'ai du mal à comprendre. C'est fort possible que son dos le fasse souffrir aujourd'hui. Mais dans ce cas-là, il ne met pas tout en oeuvre pour être en bonne santé!»

Claudio Mezzadri, ancien joueur et ex-capitaine de l'équipe de Suisse de Coupe Davis, abonde dans ce sens. «J'ai du mal à comprendre et à interpréter cette décision. Comment sait-il deux semaines et demi avant le match qu'il ne pourra pas jouer? Il aurait pu se rendre sur place et déclarer forfait au dernier moment. Quitte à provoquer un tollé», a-t-il déclaré au quotidien Le Matin.

Pierre Paganini, le préparateur physique, défend son protégé dans le même journal. «Federer ne mentirait jamais. Lorsque vous jouez, vous êtes chaud, vous ne ressentez pas la douleur. C'est après le tournoi que vous faites le point. Et je rappelle que son dos l'a déjà obligé à abandonner en octobre à Paris».

Le fameux Saladier d'argent

Les critiques à l'égard de Roger Federer ont été à la hauteur de la déception qu'a constitué son forfait en Coupe Davis. Cette saison, le no2 mondial semblait en effet avoir fait de la compétition entre nations l'un des objectifs de sa saison.

Une nouvelle saluée par les supporters du champion et surtout par la Fédération suisse de tennis, qui attend depuis plusieurs années que Roger Federer se décide à partir à la conquête du trophée, le fameux Saladier d'argent.

Ces dernières années, Roger Federer avait toujours renoncé à disputer le premier tour de la Coupe Davis, préférant se concentrer sur la défense de sa place de no1 mondial et les tournois du Grand Chelem.

Une défaite marquante

Mais depuis l'été dernier et sa victoire en double aux Jeux olympiques de Pékin avec Stanislas Wawrinka, il avait montré un intérêt grandissant pour une compétition qu'il a toujours affirmé vouloir remporter avant la fin de sa carrière.

L'Open d'Australie a peut-être changé la donne. Le Bâlois a été très marqué par sa première défaite concédée sur surface dure en finale de Grand Chelem face à son grand rival Rafael Nadal, comme en ont témoigné les flots de larmes qui ont coulé sur son visage à l'issue de la rencontre.

Même si dans son entourage on affirme que Roger Federer ne souffre pas d'une baisse de morale, cette défaite a pu avoir des conséquences sur ses priorités de la saison, estiment certains experts.

«Il n'est plus le no1 mondial, a dû s'incliner à Wimbledon face à Nadal, et s'est également fait battre sur surface dure par l'Espagnol en Australie. Je peux imaginer ce qu'il doit ressentir», explique ainsi l'ancien champion allemand Boris Becker dans le Sonntagsblick.

Davantage de franchise

Battu en Australie, Roger Federer veut tout mettre en œuvre pour égaler cette saison encore le record de 14 victoires en Grand Chelem détenu par Pete Sampras.

Et Boris Becker d'approuver ainsi le choix de Federer: «Il doit mettre des priorités. J'ai également renoncé à la Coupe Davis à l'époque, et on m'a pratiquement crucifié en Allemagne. Mais cette année-là, j'ai terminé numéro un mondial et tout le monde m'a pardonné».

«Je comprends que Federer veuille se concentrer sur les tournois du Grand Chelem, mais il devrait au moins avoir la franchise de dire que la Coupe Davis n'est pas importante pour lui», dixit Jakob Hlasek.

swissinfo, Samuel Jaberg

ETATS–UNIS – SUISSE

Programme des matches
Vendredi (dès 13h, 20h en Suisse)
James Blake - Stanislas Wawrinka
suivi de:
Andy Roddick - Marco Chiudinelli

Samedi (dès 13h, 20h en Suisse)
Bob Bryan/Mike Bryan - Yves Allegro/Stanislas Wawrinka

Dimanche (dès 13h, 20h en Suisse)
Andy Roddick - Stanislas Wawrinka
suivi de:
James Blake - Marco Chiudinelli

Les équipes
Etats-Unis
Andy Roddick (6e au classement mondial)
James Blake (13e)
Amer Delic (137e)
Alexander Domijan (743e)
Bob et Mike Bryan (1er en double)

Suisse
Stanislas Wawrinka (17e)
Stéphane Bohli (147e)
Michael Lammer (246e)
Marco Chiudinelli (443e)
Yves Allegro (84e en double)

End of insertion

ROGER FEDERER ET LA COUPE DAVIS

Débuts. Roger Federer fait ses débuts en Coupe Davis en 1999. Jusqu'en 2004, il dispute tous les matches de la compétition. Durant cette période, la Suisse se qualifie trois fois pour les quarts de finale, concédant deux défaites face à la Belgique en 1999 et face à la France en 2004. En 2003, la Suisse passe le cap mais s'incline au stade des demi-finales en Australie.

Barrages. En 2005, 2006, 2007 et 2008, Federer renonce à disputer le premier tour pour se consacrer à la défense de sa place de no1 mondial et aux tournois du Grand Chelem. Il dispute à chaque fois les barrages mais ne parvient pas à empêcher la Suisse de descendre dans le groupe mondial 2 en 2007. En 2008, sous son impulsion, la Suisse bat la Belgique à Lausanne et remonte dans le groupe mondial 1.

Cuvée 2009. A l'automne 2008, Roger Federer annonce qu'il participera au premier tour face aux Etats-Unis début mars 2009. Mais deux semaines et demi avant la rencontre, il déclare forfait en raison d'une blessure au dos.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?