Navigation

Coop se restructure et mise sur la centralisation

A Crissier, comme à Renens ou à Fribourg, les jours du centre de distribution Coop sont comptés. Keystone

Coop réorganise sa logistique de distribution pour l'ensemble de ses magasins. Sept à huit centrales sur les 26 existantes seront fermées d'ici 2005. 150 à 215 places de travail seront ainsi supprimées. Apparemment sans licenciements.

Ce contenu a été publié le 16 février 2001 - 20:29

La nouvelle organisation, présentée ce vendredi par Coop, vise avant tout à accroître la rentabilité de la société. La restructuration devrait en effet engendrer quelque 50 millions de francs d'économies annuelles.

Mais la stratégie de Coop implique aussi la transformation ou la ré-affectation de certains centres. Des investissements de l'ordre de 42 millions de francs sont d'ores et déjà prévus. Ils concernent notamment la transformation de la centrale de Wangen, dans le canton de Soleure.

A l'avenir, Wangen deviendra l'un des principaux points de stockage des marchandises destinées au secteur de l'épicerie. L'autre centre névralgique du distributeur suisse sera installé à Pratteln dans le canton de Bâle-campagne. Il sera affecté au stockage des boissons.

En fait, le nouveau programme chamboule toute l'organisation de Coop. Et la Suisse romande est particulièrement touchée. Les centres de Fribourg, Renens (VD) et Crissier (VD) notamment seront fermés ou réaffectés. D'autres verront leurs fonctions réduites et seront transformés en petites plates-formes de stockage pour les produits frais et les marchandises à rotation très rapide.

Des transformations ou des extensions seront par ailleurs effectuées sur certains sites. Ainsi les centres de Givisiez (FR) et de Hinwil (ZH) deviendront les deux points de stockage des produits surgelés. Une plate-forme de stockage sera aussi créée à Castione (TI).

Coop mise désormais sur la centralisation. Seul les produits frais seront toujours acheminés dans les supermarchés par le biais de centrales régionales. Mais, en 2005, il n'en restera plus que 12 contre 23 aujourd'hui.

Cette restructuration s'accompagnera de la suppression de 150 à 215 emplois ces quatre prochaines années. Mais «aucun licenciement n'est prévu», précise Coop. Des postes équivalents seront proposés à tous les collaborateurs. Le distributeur suisse affirme qu'il sera amené à créer de nouveaux emplois dans les cinq prochaines années.

Pour sa part, la Fédération suisse des travailleurs du commerce, des transports et de l'alimentation (FCTA) exige un plan social. Elle dit comprendre la nécessité de la restructuration menée par Coop. Mais elle constate également que la Suisse romande est particulièrement touchée.

Le syndicat souhaite donc fixer les conditions pour les retraites anticipées ainsi que les indemnités de déplacement, de déménagement et, cas échéant, pour les primes de départ.

Vanda Janka

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?