Navigation

Conférence ministérielle à Fribourg: pour une action humanitaire efficace

Le but est de pouvoir faire face, rapidement et efficacement, aux situations extrêmes en Europe, comme les catastrophes naturelles. Keystone

Fribourg, capitale de l´action humanitaire pour deux jours. Les représentants de 52 pays et d´une trentaine d´organisations internationales se réunissent pour mettre en place une plate-forme d´action commune lors de catastrophes.

Ce contenu a été publié le 15 juin 2000 - 18:18

L'OCHA, le Bureau de la coordination pour les affaires humanitaires de l'Organisation des Nations Unies, a pris les choses en main. Deux ans après la réunion internationale d'Interlaken, les ministres de 52 pays, dont ceux du programme de Partenariat pour la paix de l'OTAN, ainsi que les pays de l'ex-Union soviétique, se retrouvent à Fribourg. Dans la ville même du ministre suisse des Affaires étrangères, Joseph Deiss qui représente la Suisse en compagnie de Walter Fust, le directeur de la Direction du développement et de la coopération (DDC).

Et l'appel est urgent. Il s'agit de faire face de manière rapide et efficace aux situations extrêmes en Europe: catastrophes naturelles ou industrielles, régions en crise ou en guerre. Car, pour l'heure, le manque cruel de coordination entre les différents Etats, entre les organisations humanitaires, entre les secours civils et militaires, ralentit l'aide apportée, quand il ne la paralyse pas complètement.

Cette réunion internationale, jeudi et vendredi, est une première. Jusqu'à présent, chacun agissait de son côté. Maintenant, la volonté de mettre fin à ce gaspillage de forces et de moyens financiers, la volonté surtout d'agir ensemble, ou en tous cas de façon coordonnée, apparaît très clairement. Et tous les acteurs concernés participent à cette rencontre: non seulement au niveau des Etats, mais aussi de l'OTAN, de l'ONU et des ONG.

L'OCHA estime que les défaillances organisationnelles en matière de secours ne cessent de s'aggraver. Bien entendu, ce sont les victimes elles-mêmes qui en subissent les conséquences. Or l'action humanitaire est confrontée à une tâche dont l'ampleur ne cesse de s'accroître. A titre d'exemples, en 1999, on a compté pas moins de 75 catastrophes naturelles et industrielles qui ont touché plus de 500 millions de personnes sur tout le globe.

Les participants à cette conférence ministérielle expriment donc leur désir de donner une nouvelle impulsion à la collaboration internationale. Reste à savoir si deux jours d'intenses discussions suffiront à mettre en place une véritable plate-forme commune.

Catherine Miskiewicz

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?