Navigation

Culture

Comment lutter pour l'égalité des sexes dans les musées d'art

Seul un quart environ des expositions dans les musées d'art suisses sont consacrées à des femmes artistes, une sous-représentation qui se retrouve également dans les directions des institutions artistiques. swissinfo.ch a révélé ces chiffres pour la première fois et continue de suivre l’affaire.

Ce contenu a été publié le 22 décembre 2021 - 10:49
Corinna Staffe (illustration)

Bien que de plus en plus de femmes prennent la tête des musées d'art suisses - dernièrement Ann Demeester au Kunsthaus de Zurich - et que l'écart entre les sexes ait été comblé dans le domaine de l'éducation artistique, de nombreux efforts restent à faire pour instaurer l'égalité dans les expositions elles-mêmes.

En Suisse, divers projets ont été lancés ces dernières années pour promouvoir le travail des femmes artistes et les soutenir dans leur carrière. D'un musée réservé aux femmes à des programmes de coaching en passant par l'activisme dans la rue ou sur les réseaux sociaux, les choses évoluent progressivement dans la petite nation alpine. Cette lenteur n'a rien d'étonnant dans un pays où les femmes n'ont obtenu le droit de vote au niveau national qu'en 1971.

La Suisse abrite de nombreux grands artistes. Jusqu'à récemment, toutefois, ce sont surtout les hommes qui attiraient l'attention du monde entier. Mais peu à peu, les femmes artistes de Suisse ont commencé à être reconnues à l'étranger, dans des concours et des musées importants. Même en Suisse, certaines femmes qui créent depuis des décennies ne sont remarquées que maintenant par les institutions de leur pays, à l’instar cette année des lauréates du Prix Meret Oppenheim: Esther Eppstein, Vivian Suter et l'architecte Georges Descombes.

Le classement des artistes par Bilanz, une référence en la matière, classe chaque année les artistes suisses les plus intéressant-es et les plus performant-es sur le plan international, en se basant sur le contenu et la pertinence plutôt que sur la valeur marchande. Dans la dernière édition (2021), cinq femmes figurent dans le top 10: la Bâloise Miriam Cahn est en tête de liste, suivie de Pipilotti Rist en deuxième position, puis de Silvia Bächli (6e), Pamela Rosenkranz (9e) et Shirana Shahbazi (10e).

Il n'existait jusqu'en 2019 aucun moyen empirique de déterminer la visibilité, ou l'invisibilité, des femmes artistes dans les institutions culturelles du pays. Même l'Office fédéral de la statistique ne disposait pas de données sur l'égalité dans les musées d'art. swissinfo.ch et la télévision publique suisse RTS ont uni leur force pour combler cette lacune, en présentant pour la première fois des chiffres concrets: entre 2008 et 2018, nous avons constaté que seulement 26% de toutes les expositions individuelles dans les musées d'art suisses étaient consacrées à des femmes.

La lutte pour la reconnaissance des femmes artistes est également mondiale. La manifestation des Guerrilla Girls au Museum of Modern Art (MOMA) de New York en 1984 - déclenchée par l'exposition «An International Survey of Recent Painting and Sculpture», dans laquelle 13 des 169 artistes étaient des femmes - est considérée comme un moment marquant, mais le combat dure depuis bien plus longtemps.

Dans son message sur la politique culturelle pour la période 2021-2024, le gouvernement suisse a inscrit la promotion de l'égalité des sexes dans le secteur culturel. Mais pour l'instant, les financements alloués par l'Office fédéral de la culture aux musées ne comportent pas de clause d'égalité. Et plus largement, l'idée d'un système de quotas temporaires pour garantir un meilleur équilibre n'a pas réussi à trouver un consensus parmi les nombreux acteurs et actrices du secteur culturel.

L'inégalité entre les sexes ne concerne pas seulement les musées d'art. Une étude réalisée en juin 2021 à la demande de la fondation Pro Helvetia a révélé que dans l'ensemble du secteur culturel, «les femmes sont nettement sous-représentées, tant au niveau de la direction stratégique et artistique que sur scène et dans les expositions». L’étude a examiné les arts de la scène (danse et théâtre), la musique, la littérature et les arts visuels. Les chiffres varient considérablement d'une discipline à l'autre.

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?