Navigation

Cinq nouveaux sites proposés à l'UNESCO

Le vignoble vaudois de Lavaux, sur les rives du Lac Léman, date du 12e siècle. swiss-image.ch

La Suisse souhaiterait que le vignoble de Lavaux et la ligne des Chemins de fer rhétiques, entre autres, soient inscrits au patrimoine mondial.

Ce contenu a été publié le 10 décembre 2004 - 15:22

Vendredi, le gouvernement a approuvé la liste des cinq sites suisses retenus qui sera transmise prochainement à l’UNESCO.

La Suisse romande figure en bonne place dans la liste des sites que le Conseil fédéral souhaite voir inscrits au patrimoine mondial de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Mis à part la ligne des chemins de fer rhétiques, le Lavaux, La Chaux-de-Fonds et l’œuvre de Le Corbusier comptent en effet parmi les cinq objets retenus.

Le Corbusier

Le dossier concernant l’œuvre de Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier, regroupe une trentaine d’objets sous la même inscription.

Celle-ci est riche des villas Jeanneret-Perret (Maison blanche, construite en 1912) et Schwob (Villa Turque, 1916) à La Chaux-de-Fonds, la Petite Villa de Corseaux dans le canton de vaud (1925) et l'immeuble Clarté (1932) à Genève.

S’ajoutent d’autres bâtiments qui reflètent la création architecturale et urbanistique de Le Corbusier et qui sont situés en France, en Allemagne, en Belgique, en Argentine, en Inde, en Tunisie et aux Etats-Unis.

La-Chaux-de-Fonds

Autre site retenu, le paysage urbain de La Chaux-de-Fonds et du Locle (NE) est présenté comme l'exemple par excellence d'un ensemble urbain retraçant les débuts et l'évolution de l'industrie horlogère.

Les deux cités «hors du commun» se complètent de manière exemplaire. Les corps des deux villes présentent en effet un grand intérêt d’un point de vue typologique, mais aussi en raison de leur étendue.

La Chaux-de-Fonds est unique par sa structure en quadrilatères, et apparaît comme la mise en oeuvre d'un consensus entre intérêts privés et publics, entre courants philosophiques sociaux et hygiénistes d'une part et précision et efficacité de la production industrielle horlogère de l'autre.

Le Locle s'est quant à lui développé plus organiquement, juxtaposant une vieille et une nouvelle ville.

Lavaux

Le vignoble vaudois de Lavaux, sur les rives du Lac Léman, date du 12e siècle. Il comprend 805 hectares dans les communes de Lutry, Villette, Grandvaux, Cully, Riex, Saint-Saphorin, Chexbres, Chardonne, Corseaux, Jongny et Corsier-sur-Vevey.

Le visiteur y retrouve partout la même configuration topographique: vignobles, lac et panorama grandiose sur les Alpes.

Habité depuis la préhistoire, ce site a été façonné par les moines cisterciens, qui commencèrent à tailler les pentes en terrasses. Cette technique a eu pour effet de stabiliser la pente, de prévenir l'érosion, de simplifier l'exploitation et d'augmenter les revenus.

Les lacustres

La liste approuvée par le Conseil fédéral contient encore plus de 450 sites préhistoriques lacustres répertoriés en Suisse, datant de 4500 à 800 avant J.C.

Près de la moitié se trouvent dans la région des Trois lacs (Neuchâtel, Bienne, Morat). En plus des autres grands lacs (Léman, Constance, Zurich), certains plans d'eau plus petits, notamment des marais, recèlent des vestiges d'habitat en excellent état de conservation.

L’Albula-Bernina

Enfin, les Chemins de fer rhétiques et le paysage culturel de l'Albula-Bernina, dans les Grisons, constituent le dernier objet retenu.

Il s'agit là d'un exemple de technique novatrice, mise au service de la viabilisation des paysages alpins. Les bouleversements causés par le tourisme dans les structures économiques et sociales alpines y trouvent leur illustration.

Selon, Johann Mürner, chef de la Section Patrimoine culturel et monuments historiques à l'Office fédéral de la culture, les cinq projets ont de bonnes chances d'être acceptés à l'UNESCO.

A noter pour conclure que six sites suisses figurent déjà au patrimoine mondial de l'UNESCO. Soit la vieille ville de Berne, le couvent de Saint-Gall, le couvent bénédictin de Saint-Jean-des-Soeurs à Müstair dans les Grisons, les châteaux de Bellinzone, la région Jungfrau-Aletsch-Bietschhorn et le Monte San Giorgio.

swissinfo et les agences

Faits

Le gouvernement suisse a décidé de présenter cinq nouveaux sites à inscrire au patrimoine de l'UNESCO:

Le paysage culturel grison de l'Albula-Bernina

Les cités lacustres du pays

Le Lavaux

La Chaux-de-Fonds

L'oeuvre de Le Corbusier

End of insertion

En bref

- L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) encourage l'identification, la protection et la préservation du patrimoine culturel et naturel à travers le monde considéré comme ayant une valeur exceptionnelle pour l'humanité .

- Cela fait l'objet d'un traité international intitulé Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, adopté par l'UNESCO le 16 novembre 1972.

- La Suisse a ratifié cette Convention en 1975

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?