Navigation

Chaud-froid sur l'or blanc

A Silvaplana, en Haute-Engadine, ce n'est pas la neige qui manque. Schweiz Tourismus

Neige fraîche, disponibilité dans les hôtels: tous les ingrédients sont réunis pour que les fêtes de fin d'année soient une réussite dans les Alpes suisses.

Ce contenu a été publié le 22 décembre 2002 - 10:52

Pour l'heure, ce n'est pas encore la ruée. Mais, les stations s'attendent à faire le plein.

Euphoriques et superactifs! Deux mots qui résument assez bien l'état dans lequel se trouvent, de façon générale, les offices du tourisme, quelques jours avant les fêtes de fin d'année.

Car, les réservations vont bon train. Et cela même lorsque la neige se fait attendre, comme en 2001.

Pour cette fin d'année 2002, la donne semble différente. En tout cas en matière d'enneigement. Le manque chronique de neige de l'année dernière est relégué aux oubliettes.

«La neige est tombée sur la quasi-totalité du canton», précise Urs Zenhausern, directeur de Valais Tourisme. Une couche qui vient un peu tard, mais qui avoisine tout de même les 60 cm au-dessus de 2200 mètres.

Il faut dire que ces chutes de neige sont les bienvenues. Elles viennent, en effet, compléter la couche, relativement importante, produite par les canons à neige. Ces dernières semaines, il a fait suffisamment froid (- 4 degrés minimum pour fabriquer de la neige), pour les faire tourner à plein régime.

Excellente couche de fond

Cela dit, il faut nuancer. En raison, notamment, d'une vague de chaleur qui frappe les Alpes depuis près d'une semaine.

«Il a plu jusqu'à 1900 mètres dans les Alpes du Sud», constate Robert Bolognesi, directeur de Meteorisk en Valais. En revanche, la Suisse centrale et le sud-est voient de la neige tomber jusqu'à 1200 mètres.

Rien à voir avec les conditions d'enneigement catastrophiques de l'année dernière à la même époque.

«Pour être précis, ajoute le météorologue, la couche de neige est parfaite et d'excellente qualité depuis 2200 mètres. Car le fond est très bien constitué et une belle couche de neige fraîche a fait son apparition».

Entre 2200 et 2000 mètres, la neige est de moyenne à bonne qualité. «En revanche, elle est largement insuffisante entre 2000 et 1800 mètres sur les Alpes vaudoises et valaisannes, souligne Robert Bolognesi.

En revanche, l'Oberland bernois et les Grisons ont profité, ces dernières 48 heures, d'un apport de neige fraîche qui est tombé jusqu'à 1000 mètres d'altitude.

«Excepté pour les fêtes de 2001, ajoute Urs Zenhaüsern, le Valais est rarement confronté à un manque de neige. Car 90% des pistes se situent au-dessus de 2200 mètres».

Cela dit, nous ne devons jamais oublier qu'un coup de chaleur pénalise les stations de basse altitude. Car, elles doivent s'occuper de leurs hôtes en cas de manque de neige. Ce qui est le cas actuellement pour les stations se trouvant entre 1400 et 1600 mètres.

Lentement mais sûrement

A côté de ces considérations météorologiques, il s'avère que, pour l'heure, la tendance n'est pas à la ruée vers l'or blanc. L'ombre de la crise planerait-elle sur les fêtes de fin d'années?

«Il est toujours difficile d'avoir une idée précise juste avant les fêtes explique Urs Zenhausern, directeur de Valais Tourisme. Cependant, le taux d'occupation devrait avoisiner les 80%, soit un peu moins qu'en 2001, et il reste de la place un peu partout».

Et d'ajouter: «la fin de l'année 2001 a été marqué par les attentats du 11 septembre et de nombreuses personnes sont restées en Europe».

Ce qui explique peut être un taux de réservation de plus de 90% avant les fêtes 2001.

Même constat du côté des Alpes vaudoises. Xavier Bianco, de l'Office du tourisme du canton, est résolument optimiste.

«Les réservations dans la para-hôtellerie atteignent pratiquement 100% d'occupation, lance ce responsable des médias, mais il reste de nombreuses disponibilités dans les hôtels réservés à un peu plus de 86%.»

Mais comme son homologue valaisan, Xavier Bianco ne cache pas son inquiétude envers ceux qui n'ont pas encore la neige. Il craint «les coups de chaleur qui pénalisent toujours les stations de moyenne altitude». Et c'est précisément ce qui est en train de se passer actuellement.

Alpes bernoises: du pessimisme à l'optimisme

Du côté des Alpes bernoises, le discours a changé en quelques jours, passant du pessimisme à l'optimisme.

Il est vrai que la neige est tombée ces derniers jours et que la station de Grindelwald, par exemple, annonce de la neige jusqu'à 1050 mètres et de très bonnes conditions de ski depuis 1400 mètres déjà.

Quant aux réservations, elles vont bon train puisque «le taux avoisine les 85% pour les fêtes et une station quasi complète entre le 28 décembre et le 2 janvier, précise Marguerite Brawand, de l'Office du tourisme de Grindelwald.

Autre exemple aux Grisons, où la station de Saint-Moritz part aussi gagnante pour cette période avec une nouvelle couche de neige fraîche. «Il y a plus de 50 cm en station à 1856 mètres, affirme Francesca Muggli, de l'Office du tourisme, et plus de 200 cm, au dessus de 2500 mètres.»

«Quant aux réservations, ajoute la responsable de l'Office, elle se situe à plus de 85% pour la période des fêtes, sauf pour les trois derniers jours de l'année où la stations affiche pratiquement complet.»

Eviter la fuite vers l'étranger

Cela dit, globalement, les deux semaines de fêtes ne semblent pas poser de problème particulier. Car cette période est souvent synonyme de regroupement familial.

Et cela vaut dans tout le pays. C'est en tout cas l'estimation de Suisse Tourisme à Zurich.

«Sur le plan helvétique, lance Laurence Gabriel, responsable media à Suisse Tourisme, les réservations semblent être du même niveau qu'en 2001, soit très bon. Et ceci sur l'ensemble du pays».

Et d'ajouter: «avec les bonnes conditions d'enneigement en altitude, les vacanciers peuvent se décider très tard d'aller à la montagne».

Le revers de la médaille

Espoir donc dans l'avenir. Mais, cela ne doit pas occulter le revers de la médaille. Le tourisme suisse souffre, en effet, d'un malaise chronique, lié à la cherté des séjours.

Cette situation pousse des Suisses à aller skier ailleurs, notamment en Autriche, où l'accueil est souvent dépeint comme étant meilleur.

«Suisse Tourisme est en train de réaliser un grand travail dans les stations afin d'offrir des séjours intéressants financièrement, notamment pour les familles», affirme Laurence Gabriel.

«Quant au problème d'accueil, il s'agit toujours un travail de longue haleine. Des initiatives et des actions formations sont mises sur pied dans de nombreuses régions et stations», tient à préciser Laurence Gabriel.

Parmi elles, la création de labels de qualité. Une fois obtenus, ces labels garantissent aux touristes une qualité d'accueil qui na rien à envier à d'autres systèmes en place dans les pays voisins.

swissinfo/ Jean-Louis Thomas

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?