Navigation

Ce que la Suisse perd avec Davos

swissinfo.ch

L'édition 2002 du Forum économique mondial déménage à New York. Ses organisateurs l'ont confirmé mardi. Un nouveau coup dur pour la Suisse.

Ce contenu a été publié le 07 novembre 2001 - 13:43

Tant les autorités suisses que le Forum économique mondial (WEF) souhaitaient garder le silence jusqu'à mercredi. Mais la nouvelle était dès mardi dans les journaux suisses et étrangers: c'est à New York que se tiendra au début de l'année prochaine le sommet annuel organisé par le Forum. Ses organisateurs l'ont finalement confirmé en début de soirée.

Un déménagement qui pourrait faire mal

C'est depuis 1971 que Davos accueille, une fois l'an, ce que la planète compte de riches et de puissants. Le déménagement pourrait donc faire mal. Pour la station de Davos tout d'abord, qui voit chaque année ses hôtels et ses restaurants se remplir à craquer grâce pour la durée du WEF.

La manifestation n'a certes pas que des avantages économiques, même en mettant de côté les coûts liés à la sécurité. Des coûts qui ont explosé, passant de quelques 200 000 francs, en 1997, à près de 9 millions l'hiver passé. Mais Davos et sa région en ont retiré, au fil des lustres, une extraordinaire notoriété.

Au-delà, c'est à l'ensemble du pays que le sommet sert de plate-forme promotionnelle. «Les entreprises suisses peuvent à Davos se positionner internationalement et nouer de nouveaux contacts économiques», soulignait ainsi le rapport Arbenz, publié début septembre par le canton des Grisons, pour faire le point sur le WEF.

Un véritable marathon diplomatique

Mais c'est aussi sur le plan diplomatique que le Forum a jusqu'ici servi la Suisse. Chaque année, le Conseil fédéral montait en force à Davos, pour se soumettre à un véritable marathon, enchaînant rencontres et dîners. Une importance soulignée à de nombreuses reprises par le gouvernement.

«Nul autre événement ne permet à la Suisse de s'offrir une pareille présence internationale ni ne donne l'opportunité au Conseil fédéral de nouer d'aussi nombreux contacts avec des chefs d'Etat et de gouvernement étrangers et des leaders de l'économie privée», expliquait le gouvernement en janvier dernier.

Le sommet de Davos, auquel il faut renoncer, ce n'était donc pas rien. D'où la déception exprimée, notamment par les partis bourgeois. Seuls les Socialistes réagissent positivement. Le porte-parole du parti, interrogé par l'ATS, y voit «un signe de solidarité» envers la ville de New York.

Les Radicaux, par contre, mettent en évidence le signal négatif vers l'extérieur donné par cette décision. Une atteinte à l'image de la Suisse que relève aussi André Kudelski, le patron du groupe technologique du même nom, un habitué du Forum.

«C'est un nouveau coup dur. L'affaire de Davos prend place dans un contexte où la Suisse a eu une mauvaise passe ces derniers temps», admet l'industriel de Cheseaux. Le cas du Forum vient donc s'ajouter à celui de Swissair notamment.

Se donner les moyens d'aboutir.

La leçon - sous forme de critique - qu'en tire André Kudeslki : «On a vu que le monde politique a plus souvent réagi plutôt que d'essayer d'anticiper ce qui allait se passer. A un moment donné un gouvernement doit se dire : voilà quel est le résultat auquel on doit arriver.» Et se donner les moyens d'aboutir.

Reste la question que tout le monde se pose : après New York, la réunion annuelle du WEF reviendra t-elle à Davos ? « Je suis incapable de répondre, admet André Kudeslki. Mais s'il revient ça ne se fera pas tout seul, ça demandera un effort important, la volonté de prendre la responsabilité d'organiser les choses de façon convenable.»

Pierre Gobet, Zurich

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?