Navigation

Bonnes perspectives pour Nestlé à l’heure du départ de son président

Helmut Maucher quitte Nestlé en étant persuadé que le groupe parviendra à doubler son chiffre d'affaires dans les dix ans. Keystone

Nestlé s'attend à des résultats en hausse pour l'année 2000. Son président Helmut Maucher s'est dit «plus optimiste que jamais» à l'heure de passer le témoin à Rainer Gut jeudi lors de l'assemblée générale des actionnaires à Lausanne.

Ce contenu a été publié le 25 mai 2000 - 18:24

L'exercice en cours «a bien commencé», a indiqué Helmut Maucher qui présidait pour la dernière fois l'assemblée générale de Nestlé. Au cours des trois premiers mois, les ventes ont progressé de 11 pour cent et la croissance interne s'inscrit à 3,8 pour cent. Cette évolution favorable s'est poursuivie en avril et mai.

Dans un contexte général plutôt porteur, «nous ne voyons pas de signes avant-coureurs d'un gros orage conjoncturel», a précisé Helmut Maucher. Néanmoins, des incertitudes ne sont pas écartées dans certains pays d'Amérique du Sud. «Rien ne nous met à l'abri de quelques soubresauts dans le domaine des taux de change.»

Dans une interview accordée à la «Weltwoche», Helmut Maucher se déclare d’ailleurs convaincu que le patron du groupe, Peter Brabeck, réussira à doubler le chiffre d'affaires de Nestlé tous les dix ans. Pour y parvenir, il lui faut une hausse des ventes de 7 à 9 pour cent par année.

Actuellement, 30 pour cent de la population mondiale assure 70 pour cent du chiffre d'affaires de Nestlé, souligne Helmut Maucher. Cette tendance va changer. Nestlé va encore accroître ses ventes partout où les revenus annuels augmentent et dépassent 1000 dollars (1700 francs) ou même 5000 dollars.

Jusqu’ici à la tête du conseil d'administration du groupe, Helmut Maucher passe le témoin à Rainer Gut, lequel quitte la présidence du Credit Suisse Group. A cette occasion, le président de Nestlé a tenu à souligner que le groupe commençait à «engranger les résultats d'une réorientation et d'une restructuration en profondeur».

Ce processus a conduit Nestlé à une «nouvelle dimension». Mais accéder à une échelle globale a exigé «des investissements considérables et une ouverture au changement dans l'ensemble du groupe». Nestlé a conduit sa mutation sans licenciements massifs qui «auraient fait douter de sa responsabilité sociale».

Helmut Maucher a confié à ses successeurs une société «en pleine forme». En 1999, le bénéfice net du groupe s'est élevé à 4,72 milliards de francs, en hausse de 12,3 pour cent pour un chiffre d'affaires consolidé de 74,66 milliards ( 4,1 pour cent).

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?