Navigation

Bon week-end électoral pour la gauche

Le socialiste Pierre-Yves Maillard (à droite) l'a largement emporté sur son principal rival, l'UDC Martin Chevallaz. Keystone

Les socialistes conserveront leur 2ème siège au gouvernement du canton de Vaud. Dimanche, leur candidat Pierre-Yves Maillard l’a nettement emporté sur son principal adversaire.

Ce contenu a été publié le 24 octobre 2004 - 18:12

La gauche a par ailleurs progressé dans le demi-canton de Bâle-Ville, où les citoyens renouvelaient leur Parlement et leur gouvernement.

Les Vaudois devaient se rendre aux urnes pour une élection complémentaire au gouvernement cantonal. Il s’agissait de trouver un successeur au socialiste Pierre Chiffelle qui avait renoncé à son mandat en août dernier pour raisons de santé.

Cette élection complémentaire s’est en fait résumée à un duel entre le Parti socialiste, qui entendait conserver son second siège, et l’Union démocratique du centre (UDC / droite dure), qui voulait faire passer sa représentation de un à deux sièges.

Une très large victoire



Le candidat socialiste Pierre-Yves Maillard – vice-président du Parti socialiste suisse et député au Parlement fédéral – l’a finalement très largement emporté sur son adversaire UDC Martin Chevallaz, fils de l’ancien ministre de la défense Georges-André Chevallaz.

Pierre-Yves Maillard a été plébiscité par 63,05% des voix (81’063 suffrages), contre seulement 30,02% pour Martin Chevallaz (38’593).

Quatre candidats hors parti briguaient aussi le poste. Ils suivent loin derrière. Robert Gurtner recueille 1,46% des suffrages, Marc-Etienne Burdet 0,83%, François de Siebenthal 0,71% et Pascal Regazzoni 0,61%.

La participation s'est élevée à 35,19%.

Le résultat de l’élection n’est par une surprise, car le candidat Pierre-Yves Maillard partait favori. Toutefois, les analystes ne s’attendaient pas à une victoire aussi large et au premier tour.

Pas le plein de voix à droite



Le principal intéressé est également surpris. «Je m'attendais au mieux à sortir en tête de ce premier tour, je suis très surpris de ce score», a réagi Pierre-Yves Maillard.

En fait, le candidat socialiste a réussi à faire le plein de voix à gauche. En revanche, Martin Chevallaz n’a pas réussi à faire de même à droite.

Président de l'UDC vaudoise, Pascal Dessauges est «très surpris» par l'écart des voix dans les districts de campagne, qui votent traditionnellement à droite. «Nous devrons analyser ce score avec les autres partis de droite», a-t-il déclaré.

Pour la deuxième année consécutive, les Vaudois ont donc montré leur attachement à la formule quatre élus de droite, trois de gauche au gouvernement.

«Les Vaudois sont attachés à un certain équilibre. Ce siège était socialiste et je suis bien conscient de n'avoir pas obtenu uniquement des voix de gauche», a pour sa part analysé Pierre-Yves Maillard.

Ce dernier devrait entrer en fonction au début du mois de décembre. Conséquence de cette élection, il abandonnera son mandat de député au Parlement fédéral, où il sera remplacé par Roger Nordmann. Il reste en revanche à la vice-présidence du Parti socialiste suisse.

Gauche bien placée à Bâle-Ville



Les citoyens de Bâle-Ville étaient de leur côté invités à renouveler l’ensemble de leur gouvernement cantonal. La participation a atteint 45,4%. La majorité absolue est de 24’658 voix.

Cinq des six sortants – deux socialistes, un libéral (droite), un radical (droite) et un démocrate-chrétien (centre-droit) – ont été réélus dès le 1er tour.

Les dix autres candidats n’ont par contre pas atteint la majorité absolue. Ils devront donc se représenter le 28 novembre prochain pour décrocher les deux sièges encore disponibles.

Les deux candidats les mieux placés pour ce second tour sont une socialiste (22’231 voix) et un écologiste (21 209), qui terminent respectivement aux 6e et 7e positions de cette élection.

Le second démocrate-chrétien sortant n’arrive en revanche qu’en 8e position avec 20'954 voix. Socialistes et écologistes sont ainsi bien placés pour réaliser leur objectif qui est de reprendre le siège laissé vacant par le libéral Ueli Vischer.

Au Parlement aussi



Selon les résultats provisoires disponibles dimanche en fin de journée, il semble que la gauche s’achemine également vers une victoire à l’élection au Parlement de Bâle-Ville.

Le Parti socialiste gagnerait six sièges et disposerait ainsi de 45 élus dans le Parlement (130 sièges). Les Verts progressent également et devraient gagner trois sièges pour atteindre 15 élus.

A droite, l’UDC pourrait gagner deux sièges et atteindre 16 élus. En revanche, l’alliance des autres partis bourgeois (démocrates-chrétiens, libéraux et radicaux) doit s’attendre à des pertes.

swissinfo et les agences

Faits

L’élection au gouvernement vaudois:
Pierre-Yves Maillard (PS): 63,05% des voix (81'063 suffrages)
Martin Chevallaz: 30,002% (38'593 suffrages)
Le taux de participation s’est élevé à 35,19% des voix

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?