Navigation

Ballotage général au gouvernement jurassien

Le canton du Jura devra attendre le 12 novembre pour connaître la composition de son gouvernement. Keystone

Les deux membres sortant du gouvernement jurassien sont arrivés en tête des élections cantonales de dimanche. Mais aucun n'a passé la barre des 50%.

Ce contenu a été publié le 22 octobre 2006 - 18:46

Le ballotage est donc général et il faudra attendre le 2e tour du 12 novembre pour connaître le nom des cinq nouveaux ministres. Les radicaux (droite) semblent bien partis pour regagner le siège perdu en 2002.

Le ministre chrétien-social indépendant (PCSI / gauche) Laurent Schaffter occupe la première place avec 12'800 voix et frise la majorité absolue avec 47% des suffrages. Il passe devant la ministre socialiste Elisabeth Baume-Schneider créditée de 12'588 voix (46,4 %). Quant au candidat libéral-radical (droite) Michel Probst, il totalise 11'015 voix (40,6%).

Le centre droit devancé

Le maire de Coeuve devance ainsi le favori du Parti démocrate-chrétien (PDC / centre droit) Charles Juillard qui recueille 9878 voix. A la 5e place, le PDC Philippe Receveur est distancé avec ses 7867 voix. Il emmène un tir groupé démocrate-chrétien formé de Philippe Receveur (7867 voix), d'Anne Seydoux-Christe (6361 voix) et de Gabriel Willemin (5736 voix).

Le premier socialiste, le secrétaire général du Mouvement autonomiste jurassien Pierre-André Comte, arrive 8e. Avec 5095 voix, il l'emporte d'une courte tête sur son colistier Benoît Gogniat (5076 voix).

Le candidat de l'extrême-gauche, Fedele Pierluigi suit à plus de 500 voix (4519 voix) et passe devant le cinquième candidat PDC Jean-Marc Fridez qui compte 4410 voix. Le candidat de l'Union démocratique du centre (UDC / droite dure) Philippe Rottet engrange 2572 voix, devant le candidat indépendant Alain Gebel qui ferme la marche au 14e rang avec 1056 voix, soit 3,9% des votants.

Enjeu du scrutin

Les radicaux semblent donc bien placés pour reconquérir le siège perdu il y a quatre ans. Aux dépens de quel parti: telle est la question du second tour. Seuls les deux meilleurs candidats du PS et du PDC devraient en toute logique être présents le 12 novembre pour le 2e tour. Le dépôt des listes pour ce 2e tour est fixé à mercredi.

Dimanche, les citoyens jurassiens élisaient également les membres de leur parlement. La droite est parvenue à conserver sa majorité.

Le PDC a perdu un siège mais reste le plus grand parti du canton (19 sièges). Les chrétiens-sociaux ont progressé (+1, 9) et les radicaux régressé (-1, 11).

Le score de l'UDC était très attendu. Le parti de la droite dure n'a gagné qu'un siège - 3 sièges au total sur les soixante du législatif.

En face, si les socialistes ont perdu 2 sièges (13), les Verts ont profité de leur élan national pour faire leur entrée au Parlement, avec deux sièges justement...

swissinfo et les agences

En bref

Très ouverte, cette élection a fait grimper la participation à 51,9%.

On est cependant loin des taux de participation enregistrés en 1998 (55,2%) ou en 1994 (58%).

Suite à la modification de la loi cantonale sur les droits politiques, en avril, les étrangers établis depuis dix ans en Suisse, dont une année au Jura, pouvaient pour la 1ère fois voter au niveau cantonal.

End of insertion

Le plus récent des cantons

Le Jura est le plus récent des cantons suisses. Sa naissance remonte à 1979.

Ancienne possession de l'Evêché de Bâle, le Jura – francophone et catholique – avait été rattaché au canton de Berne – germanophone et protestant – à la suite du Traité de Vienne de 1815.

Le mouvement autonomiste jurassien a gagné en importance dans les années 1960. Finalement, le peuple suisse a accepté en 1978 que le Jura se sépare de Berne et forme un nouveau canton.

Certains districts du Jura historique, à majorité protestante, ont cependant choisi de rester au sein du canton de Berne. Leur rattachement au nouveau canton reste au cœur de ce que l'on nomme la «question jurassienne».

Mais les tensions sont moins vives qu'il y a quelques années: les différentes parties du Jura historique dialoguent au sein de l'Assemblée jurassienne.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?