Navigation

Bâle: le projet-pilote «Halte à la violence» porte ses fruits

La grande majorité des victimes de la violence domestique sont des femmes. Keystone

Les plaintes pour violence domestique ont augmenté à Bâle depuis le lancement en 1997 du projet-pilote «Halte à la violence». Le bilan positif du projet incite à l'extension de cette expérience sur le plan national.

Ce contenu a été publié le 16 octobre 2000 - 22:08

Les responsables du projet sont unanimes: il faut continuer cette expérience, la développer et l'introduire dans d'autres villes. Grâce à la sensibilisation de la population au problème de la violence domestique, les victimes hésitent moins à porter plainte.

Ainsi, à Bâle qui compte environ 200 000 habitants, les plaintes des victimes de violence domestique sont certes relativement rares, mais elles ont tendance à augmenter depuis le lancement du projet en 1997. Quatre plaintes sur cinq concernent des violences au sein du couple. La grande majorité des victimes sont des femmes (88 pour cent), les auteurs presque toujours des hommes (94 pour cent).

Le projet «Halte à la violence» n'a pas pour seul objectif de constater les faits. Il vise également à agir. Dans cette logique, la police a reçu une instruction spéciale, notamment concernant la collecte des preuves. Sur 197 plaintes déposées en 1995, 16 ont donné lieu à des condamnations. En 1998, 44 condamnations ont été recensées pour 214 plaintes.

Le Fonds national de la recherche scientifique (FNRS) a financé ce projet de 1997 à 1999. Il a ensuite été repris par le canton de Bâl, qui désire encore le développer. Les autorités rhénanes aimeraient ainsi pouvoir obliger les auteurs de violence domestique à participer à des cours de prévention.

Des projets similaires ont été lancés dans les cantons de Berne et de Zurich. Ils montrent que l'efficacité des mesures contre la violence domestique est d'autant plus grande que les services concernés (les services juridiques, la police et les milieux du travail social) coordonnent leur action.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?