Navigation

Atraxis s'arrime à un allié américain de poids

swissinfo.ch

En passant sous le contrôle d'EDS, la filiale de Swissair Atraxis s'allie à une compagnie qui talonne le géant IBM dans le secteur des services informatiques.

Ce contenu a été publié le 06 novembre 2001 - 11:38

Les termes de l'accord conclu entre Atraxis et Electronic Data Systems (EDS) restent confidentiels, notamment en ce qui concerne le sort exact des 2100 membres du personnel d'Atraxis. Par ailleurs, l'accord sera soumis à l'approbation des instances de réglementation de la concurrence.

Ces réserves faites, l'accord prévoit qu'EDS reprenne les activités de la société informatique du groupe Swissair, c'est-à-dire les réservations de vol, la gestion à l'aéroport et l'information sur le transport aérien.

Une soixantaine de compagnies

EDS a le vent en poupe depuis les attentats du 11 septembre. En récupérant la clientèle d'Atraxis, composée d'une soixantaine de compagnies aériennes et d'une quarantaine d'aéroports, elle développe encore sa présence internationale, en particulier en Europe.

Cette reprise est saluée par le syndicat des services publics comme un «pas positif». Le SSP y voit aussi le signe que, malgré la débâcle du groupe Swissair, ses filiales intéressent les investisseurs.

EDS est un investisseur de poids. Numéro un mondial des services informatiques au transport aérien, elle a réussi, depuis l'arrivée à sa tête de Richard Brown, il y a deux ans, à disputer à IBM sa domination dans les services informatiques aux entreprises, tous secteurs confondus.

Basée à Plano, au Texas, EDS a été créée en 1962 par le milliardaire Ross Perot qui, trente ans plus tard, se fit connaître du grand public en se présentant aux élections présidentielles américaines en tant que candidat indépendant.

Chiffre d'affaires: plus de 19 milliards

En l'an 2000, la multinationale a réalisé un chiffre d'affaires de plus de 19 milliards de dollars, et le mois dernier, elle a dépassé les attentes de la bourse de Wall Street en annonçant des revenus en augmentation de 17% par rapport au troisième trimestre 2001. Ses deux plus gros clients sont le gouvernement américain et General Motors, qui assurent à eux deux 36% de son chiffre d'affaires.

Richard Brown regarde l'avenir avec optimisme. Le patron d'EDS affirme ainsi que, depuis les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis, les demandes de renseignements auprès de sa société ont doublé. Ces demandes émanent d'entreprises opérant dans des secteurs appelés à collaborer avec le gouvernement américain dans le combat contre le terrorisme, comme le transport aérien.

Ces clients potentiels recherchent des solutions technologiques leur permettant de retrouver des informations disparues des systèmes informatiques ou de protéger des banques de données ou des sites Internet. M. Brown s'attend à ce que la majeure partie de ces contacts récents se traduisent par de nouveaux contrats.

Marie-Christine Bonzom, Washington

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?