Navigation

Astrophysiciens à l'écoute du chant des étoiles

"Le silence de ces espaces infinis m'effraie", disait Pascal. Plus que jamais, la science lui donne tort. Keystone Archive

Alpha du Centaure A chante en mi bémol. La découverte récemment faite par deux astrophysiciens suisses est une première mondiale. Qui a été rendue possible grâce au matériel qui avait permis à l'Observatoire de Genève de déceler les premières planètes extra-solaires.

Ce contenu a été publié le 04 juillet 2001 - 19:43

Son nom est simplement Coralie. Ce spectrographe analyse la lumière fournie par un téléscope (en l'occurrence le Léonard Euler, installé sur le site de La Silla au Chili) avec une précision telle qu'il est capable de déceler des «bosses» de 40 mètres de hauteur à la surface d'une étoile de près de 900 000 kilomètres de rayon.

Ces mouvements à la surface d'Alpha du Centaure A (le plus gros astre d'un ménage stellaire à trois, logé à quelque 4 années-lumière de notre Terre) sont la marque des courants telluriques qui agitent les entrailles de l'étoile.

On peut les comparer aux battements d'un tambour cyclopéen et les traduire en fréquences sonores. Ce qui donne des variations autour d'un mi bémol très grave (inaudible pour l'oreille humaine), avec des notes espacées d'un tiers de ton.

Pas vraiment transcendante pour un mélomane, la découverte des Genevois François Bouchy et Fabien Carrier n'en est pas moins passionnante pour un astrophysicien. Ces quelques notes de musique vont, en effet , fournir une masse de renseignements sur ce qui se passe à l'intérieur de la fournaise stellaire.

Jusqu'ici, on était parvenu à un tel résultat qu'avec notre soleil, évidemment nettement plus proche qu'Alpha du Centaure A. En branchant Coralie sur des télescopes beaucoup plus puissants que le modeste Léonard Euler, il devient donc possible d'écouter la musique d'astres plus lointains et de natures fort différentes.

Marc-André Miserez

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?