Navigation

Alinghi à deux victoires du Graal

Encore deux victoires et Alinghi remporte la coupe. Keystone

Le défi suisse s'est une nouvelle fois imposé lundi face au tenant de trophée, Team New Zealand.

Ce contenu a été publié le 18 février 2003 - 14:03

Alinghi marque ainsi le troisième des cinq points nécessaires pour remporter la Coupe de l'America.

«Nous avons escaladé plus de la moitié du Cervin ce soir», s'exclame fièrement Ernesto Bertarelli, le patron du défi suisse, de retour à la base helvétique après la troisième journée de régate. L'ascension fulgurante d'Alinghi dans cette finale nous permet maintenant de regarder les choses différemment.»

Le rêve du défi suisse prend de plus en plus le chemin de la réalité et l'équipe se trouve désormais à deux victoires d'un des plus beaux exploits suisses dans le monde sportif.

Un choix tactique payant

Alinghi était tout simplement intouchable aujourd'hui sur le plan d'eau du golf d'Hauraki. Le défi suisse a montré une maîtrise tactique et technique qui lui a permis de capitaliser une avance confortable de 23 secondes au coup de canon final.

La victoire de la bande à Coutts s'est jouée dans la phase de pré-départ. «Nous pensions partir sur la gauche du plan d'eau», explique Murray Jones, le stratège du défi suisse. Mais sept minutes avant le départ, notre équipe météo nous a signalé une pression plus forte sur la droite. Nous avons donc complètement changé notre stratégie et cette option nous a certainement offert la victoire.»

Le choix tactique est immédiatement payant. A la fin de la première remontée au vent, Alinghi mène de plus de 100 mètres et 31 secondes et ne sera jamais rattrapé.

Une erreur des kiwis

Dean Barker, le skipper de Team New Zealand, a baissé les yeux et secoué la tête au moment où son voilier a franchi la ligne d'arrivée. Une immense déception se lisait sur le visage du jeune barreur.

«Trois à zéro, ce n'est pas grave, explique Bertrand Pacé, le deuxième barreur de l'équipe. Team New Zealand est un grand Team, les gens qui le composent sont solides, sans états d'âme et pourvus d'une volonté de gagner imperturbable.»

Mais aujourd'hui, le Defender a failli: selon Dean Barker, le mauvais choix tactique du départ a coûté la victoire à son équipe. «Notre team météo nous avait recommandé la droite», précise le skipper. Mais avant le départ, il y a eu un peu de confusion à bord et finalement, nous pensions que les deux options seraient semblables.»

Les kiwis auront toute une journée jeudi pour laver leur déception avant de se retrouver une nouvelle fois face au bateau noir à flammes rouges d'Alinghi.

swissinfo, François Egger, Auckland

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?