Navigation

Adolf Ogi rêve d'une Suisse ouverte au monde

Le président de la Confédération, Adolf Ogi, en train d'enregistrer son discours dans la cour du château de Fraubrunnen. Keystone

La Suisse existe, elle se développe, elle bouge, elle avance. Le président de la Confédération en est convaincu. Dans son discours du 1er août, il a invité ses compatriotes de Suisse et de l´étranger à partager son rêve d´un pays ouvert sur le monde.

Ce contenu a été publié le 01 août 2000 - 21:52

«Aujourd'hui, nous pouvons être fiers et reconnaissants», déclare Adolf Ogi aux Helvètes. «La Suisse est un pays où règnent la paix et la liberté depuis plus de 150 ans.» Et l'avenir ne doit pas faire peur: «Le troisième millénaire est devant nous. Et notre pays est prêt à relever les défis.»

A l'occasion de la fête nationale, le conseiller fédéral rappelle que «la Suisse avance». Elle a dit oui aux accords bilatéraux. Et elle a contribué à reconstruire la paix dans les Balkans. Ce qui fait dire à Adolf Ogi que «la croix de notre drapeau doit plus que jamais être le signe d'une Suisse engagée».

Mais surtout, «la Suisse doit être ouverte au monde». Le président de la Confédération rêve ainsi d'un pays qui passe aux actes. Payer et observer ne suffisent pas: il faut agir sur le terrain de la solidarité et faire entendre sa voix dans le concert des nations.

Dans son discours du 1er août, Adolf Ogi invite aussi ses compatriotes à être fiers de ces «valeurs modernes» que sont la démocratie et le fédéralisme. Bien plus qu'une tradition, ils constituent «un mode de vie, un choix de société, une force pour l'avenir», selon le conseiller fédéral.

Adolf Ogi le souligne: la richesse des Suisses, c'est leurs différences. De langue, de culture ou d'appartenance cantonale. Une diversité à laquelle les compatriotes expatriés participent eux aussi. «Notre 27e canton, c'est vous, les Suisses de l'étranger», s'exclame le président de la Confédération.

Plus d'un demi-million de Suisses vivent et travaillent à l'étranger. Pour eux, la fête nationale revêt une signification particulière. Elle leur offre l'occasion d'être en pensée avec leur patrie et leur famille. La réciproque existe: «Aujourd'hui, la Suisse entière est avec vous», leur rappelle Adolf Ogi.

Claudine Chappuis

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?