Navigation

Adamov veut bien être jugé, mais en Russie

Adamov au temps de sa splendeur, en 1999, à Moscou. Keystone Archive

En détention depuis quatre mois en Suisse, l'ex-ministre russe de l'énergie atomique Evgueni Adamov consent à une extradition simplifiée vers son pays.

Ce contenu a été publié le 29 août 2005 - 16:50

Il accepte également que la Russie le poursuive pour les actes qui lui sont reprochés par les Etats-Unis. La balle est maintenant dans le camp des autorités américaines.

Sur la base des déclarations d'Adamov, l'Office fédéral de la justice (OFJ) a accordé jeudi dernier l'extradition simplifiée à la Russie, a confirmé lundi Folco Galli, son porte-parole.

Mais l'ancien ministre russe reste néanmoins en détention en Suisse, en attendant la réaction des Etats-Unis. L'OFJ a en effet demandé aux autorités américaines si elles étaient prêtes à retirer leur demande d'extradition et à transmettre à la Russie leur requête pénale.

Si les Etats-Unis n'acceptent pas, la procédure suivra son cours. L'OFJ devra trancher la question de savoir si les conditions d'une extradition sont réunies et le cas échéant qui des Etats-Unis ou de la Russie aura la priorité.

9 millions de dollars

Evgueni Adamov a été appréhendé en mai dernier à Berne sur demande des autorités judiciaires américaines. Ces dernières lui reprochent notamment d'avoir détourné à son profit au moins neuf millions de dollars qui étaient destinés à la sécurité d'installations nucléaires.

Dans la foulée, la Russie a aussi réclamé son extradition. Adamov a utilisé toutes les possibilités judiciaires pour obtenir sa libération.

Un mois après l'arrestation d'Adamov, le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone avait ordonné sa libération immédiate. Il avait jugé que son arrestation portait atteinte au droit de sauf-conduit garanti par les traités internationaux.

A la mi-juillet, le Tribunal fédéral a cassé cette décision. Le 10 août dernier, le Tribunal pénal fédéral a rejeté d'autres arguments d'Adamov en vue de sa libération. Les juges ont estimé que la demande d'extradition américaine n'avait pas d'arrière-fond politique, contrairement à ce que soutient Adamov.

swissinfo et les agences

En bref

- Evgueni Adamov a été ministre de l'énergie atomique de la Fédération de Russie de 1998 à 2001.

- De passage en Suisse, il a été arrêté à Berne le 2 mai 2005 à la demande des Etats-Unis.

- Washington l'accuse d'avoir détourné plus de neuf millions de dollars versés par les Etats-Unis dans le cadre d'un programme destiné à améliorer la sécurité des installations nucléaires vétustes héritées de l'ancienne URSS.

- Les autorités russes réclament également son extradition. Le parquet de Moscou l'accuse notamment d'avoir touché des pots-de-vin.

- Le 9 juin, le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone avait ordonné sa remise en liberté, mais le 19 juillet, le Tribunal fédéral (Cour suprême) avait cassé ce jugement.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?