Navigation

Action en justice aux Etats-Unis contre Monsanto et Novartis

Six fermiers américains ont déposé une plainte contre Monsanto devant une cour fédérale américaine. Ils accusent la compagnie américaine de conspirer avec neuf autres companies de biotechnologie, dont Novartis, pour créer un monopole.

Ce contenu a été publié le 15 décembre 1999 - 21:27

Six fermiers américains ont déposé une plainte contre Monsanto devant une cour fédérale américaine. Ils accusent la compagnie américaine de conspirer avec neuf autres companies de biotechnologie, dont Novartis, pour créer un monopole.

La plainte déposée par les avocats antitrust qui représentent les fermiers n´est, en fait, qu´un nouvel épisode dans la controverse sur les OGM, les Organismes génétiquement modifiés. L´emploi des graines génétiques est devenue monnaie courante chez la plupart des fermiers américains. Mais les environnementalistes et les associations de consommateurs continuent à voir dans l’utilisation de ces graines un danger potentiel pour l´environnement et pour l´être humain.

Monsanto est l´accusé principal. Novartis et huit autres compagnies, dont DuPont, sont, quant à elles, accusées de conspiration pour avoir signé des accords de licence avec Monsanto. Elles se seraient regroupées au sein d’un cartel international. Monsanto est, par ailleurs, accusé de commercialiser des produits non testés.

Mais à peine la plainte a-t-elle été déposée qu´elle suscite déjà une controverse. Les plus grosses associations de fermiers américains ont aussitôt volé au secours des compagnies. Pour elles, les avancées technologiques en matière d´OGM ont permis de réduire l´usage des herbicides et des pesticides. Et Monsanto est montré du doigt, affirment-ils, justement parce qu´il n’existe personne pour le concurrencer.

Enfin, pour les analystes de Wall Street, Monsanto profite bel et bien d’une situation de monopole. Mais, à la différence de Microsoft, il s´agit-là, en l’occurrence, d´un monopole légal, avec une licence en bonne et due forme.

Novartis n’a pas réagi à la plainte. La multinationale suisse fait cependant remarquer que les OGM ne représentent qu´un pour cent du chiffre d´affaires total du groupe.

La polémique, en tout cas, risque de ne pas en rester là. Des plaintes similaires devraient être déposées, dans les prochains jours, auprès de plusieurs cours étrangères. En Grande-Bretagne, notamment.

Nelly Daynac

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?