Navigation

Accord global: le juge Korman met en ligne des entreprises suisses

Le juge Korman publie sur l'Internet une liste de 27 sociétés suisses. Keystone Archive

A New York, le juge américain Edward Korman a publié sur l'Internet une liste d'entreprises industrielles suisses couvertes par l'accord global de 1998. Elles ne pourront pas faire l'objet de plaintes pour l'emploi de travailleurs forcés pendant la 2e Guerre mondiale.

Ce contenu a été publié le 10 avril 2001 - 18:24

La liste établie par le magistrat chargé de superviser l'application de l'accord global énumère 27 sociétés suisses et près de 300 filiales. Sur cette liste, figurent de grands noms de l'industrie helvétique, d'ABB à Sulzer, en passant par Danzas, Nestlé, Novartis ou Roche.

Néanmoins, le juge Edward Korman souligne que la présence d'une entreprise sur cette liste ne signifie pas forcement que cette firme a eu recours au travail forcé pendant la Deuxième Guerre Mondiale.

La publication de la liste du juge Korman entraîne deux conséquences importantes au titre de l'accord global intervenu en 1998. D'une part, les entreprises apparaissant sur la liste sont désormais à l'abri de plaintes émanant de personnes ayant été victimes du travail forcé.

D'autre part, les survivants, qui ont accompli du travail forcé pour ces entreprises ou leurs filiales, ont droit à des indemnisations qui seront prélevées sur le fonds spécial créé par l'accord. Les survivants ont ainsi jusqu'au 30 septembre pour déposer leurs demandes d'indemnisation qui seront examinées par l'Organisation Internationale pour les Migrations, à Genève, et par la Claims Conference, à New York.

Le fonds spécial, qui dispose d'un milliard 250 millions de dollars, a été alimenté, pour l'essentiel, par les banques UBS et Credit Suisse. La plupart des sociétés figurant sur la liste du juge Korman n'ont pas contribué à ce fonds, bien que certaines annoncent leur intention d'y effectuer des versements. C'est le cas notamment d'ABB, de Nestlé, de Novartis et de Roche.

Marie-Christine Bonzom, Washington

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?