Navigation

A New York, la Suisse joue sa partition humanitaire

Distribution d'eau à la population de Oum Qasr. Keystone

Devant le Conseil de sécurité de l'ONU, l'ambassadeur de Suisse Jenö Staehelin a soutenu la réactivation du programme «pétrole contre nourriture».

Ce contenu a été publié le 27 mars 2003 - 12:39

Tout en rappelant les principes du droit humanitaire, il a pris soin de ne froisser aucun Etat.

«Dans l'immédiat, il incombe aux Etats participant directement à l'effort de guerre, conformément à leur obligation tirées des Conventions de Genève, de prendre en charge les besoins pressants des populations civiles».

Jenö Staehelin a bien choisi ses mots, lors de la première séance publique du Conseil de sécurité de l'ONU depuis le déclenchement de l'offensive anglo-americaine contre le régime de Saddam Hussein.

Des puissances occupantes

Selon les Conventions de Genève, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne doivent en effet être qualifiés de puissances occupantes. Une expression que combat Washington dans le projet de résolution actuellement débattu au sein du Conseil de sécurité.

Cette résolution devrait permettre de réactiver le programme «pétrole contre nourriture», en en confiant la gestion temporaire au secrétaire général des Nations unies Kofi Annan.

«Les autorités suisses encouragent le Conseil de sécurité à réactiver sans délai le programme pétrole contre nourriture», a déclaré Jenö Staehelin lors de cette séance publique convoquée par la Ligue arabe et des pays membres du Mouvement des Non-Alignés.

Un sujet sensible

Mais l'ambassadeur suisse n'a pas donné plus de précision sur ce projet de résolution. C'est que le sujet est délicat.

En effet, selon la Russie et la Syrie, le texte proposé par la Grande-Bretagne ne doit pas constituer une légitimation de la guerre par l'ONU.

Tous deux membres du Conseil de sécurité, ces deux pays refusent également que cette résolution entérine un changement de régime en Irak ou qu'elle permette aux Etats-Unis de contrôler les sommes rassemblées dans le cadre du programme pétrole contre nourriture.

L'ambassadeur de Suisse, lui, a profité de l'occasion pour annoncer la tenue d'une nouvelle réunion humanitaire sur l'Irak à Genève mercredi prochain.

«La Suisse souligne en outre l'importance d'une séparation claire entre activités militaires et humanitaires», a aussi déclaré Jenö Staehelin.

Cet enjeu est effectivement de taille dans cette guerre que le Premier ministre britannique Tony Blair a qualifiée d'humanitaire.

swissinfo, Frédéric Burnand, Genève

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?