Navigation

"Sessiun d'atun" dès lundi à Flims

Une session sous les lambris d'un palace. Keystone

Assurance maladie, fonds d'infrastructure pour les transports et autres sujets épineux sont au menu de la session d'automne du parlement fédéral, qui se tient exceptionnellement dans les Grisons.

Ce contenu a été publié le 17 septembre 2006 - 15:58

Une fois n'est pas coutume, ce programme plutôt chargé est également rédigé dans la quatrième langue nationale, le romanche.

Le coup d'envoi de la session de Flims (GR) doit être donné lundi en début d'après-midi lors d'une cérémonie au Park Hotel Waldhaus. Le cinq étoiles accueille les débats jusqu'au 6 octobre, profitant ainsi de la rénovation du Palais fédéral à Berne.

Et les autorités locales ont mis le paquet pour organiser des manifestations annexes pour les élus et leur suite. Mais les parlementaires seront d'abord ici pour venir à bout de nombreux dossiers épineux.

Péréquation et fiscalité

Le Conseil national va ainsi consacrer trois jours à la législation d'exécution de la nouvelle péréquation financière. Les discussions risquent d'être nettement plus chaudes qu'au Conseil des Etats, surtout en ce qui concerne les compétences sociales déléguées aux cantons et les bourses d'étude.

La chambre du peuple va aussi aborder pour la première fois d'autres sujets déjà entérinés par l'autre conseil. La controverse risque de faire rage à propos des allègements prévus dans la réforme de l'imposition des entreprises et pour atténuer les inégalités fiscales entre couples mariés et concubins.

Transports et armes

Autre bras de fer programmé: le fonds d'infrastructure pour les autoroutes et le trafic d'agglomération. Le national devra par la même occasion débloquer les crédits destinés aux chemins de fer privés et aux CFF pour la période 2007-2010.

Parmi les sujets "chauds" figurent encore la loi sur les armes, les restrictions au droit de recours des organisations environnementales, la nouvelle politique régionale et la suppression d'une brigade de l'armée.

Sans oublier l'examen du rapport du Conseil fédéral (gouvernement) sur l'Europe et la hausse des crédits destinés à la recherche et à la formation.

Assurance maladie

Ces deux thèmes figurent aussi au programme du Conseil des Etats. Celui-ci va faire la part belle à la réforme de l'assurance maladie. Il va en particulier se plonger dans le financement des soins à domicile et des établissements médico-sociaux, avec un modèle revu et corrigé par sa commission préparatoire.

Si elle en a encore le temps, la chambre des cantons devrait aborder aussi le volet baptisé "managed care". En donnant plus de poids aux modèles alternatifs d'assurance favorisant les réseaux de santé, elle pourrait renoncer à la suppression de l'obligation de contracter, ce régime qui autoriserait les caisses à sélectionner les médecins qu'elles veulent rembourser.

Enfin, le conseil devra se prononcer sur l'initiative populaire de l'Union démocratique du centre (UDC) pour la baisse des primes de l'assurance de base. La question d'un éventuel contre-projet direct est encore en suspens.

swissinfo et les agences

En bref

- Pour les Grisons, cette tenue d'une session sur leur territoire est un événement politique de première importance. Ce vaste canton alpin va profiter de l'occasion pour soulever quelques problèmes qui le touchent directement.

- Par exemple le statut des régions de montagne et les modèles de développement économique possibles pour une région touristique par excellence, dont les stations comme St-Moritz, Davos ou Arosa sont connues dans le monde entier.

End of insertion

Session cinq étoiles

La session se tiend au Park Hotel Flims Waldhaus. Les membres du gouvernement et 140 parlementaires logent dans ce cinq étoiles.

Le Conseil national siège dans la halle de tennis, tandis que le Conseil des Etats est installé dans la grande salle Jugendstil de l'établissement.

Au total, entre 10'000 et 12'000 personnes sont attendues dans le village durant les trois semaines de la session.

Le coût de l'opération est estimé à 3,5 millions de francs, dont 1,7 payé par la Confédération et 1,8 par les organisateurs grisons.

Au terme de la session, les bancs des parlementaires seront vendus aux enchères au profit d'une œuvre de bienfaisance.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?