Navigation

«Hoi» remue les montagnes

D'étonnants montagnards: les trois créateurs de Hoi. www.vidy.ch

Trois artistes alémaniques mettent leur imagination au service de la nature dans un spectacle à l'atmosphère inquiétante et drôle. A voir au Théâtre de Vidy-Lausanne.

Ce contenu a été publié le 25 septembre 2001 - 11:04

Formidablement inquiétante est l'atmosphère qui se dégage de «Hoi», spectacle créé à Vidy-Lausanne et rondement mené par trois créateurs suisses (Gregor Metzger, Martin Zimmermann et Dimitri de Perrot) qui puisent leur inspiration dans la chorégraphie, les arts du cirque et la musique.

Etrange et forte se révèle aussi, tout au long de la représentation, la présence des objets que ces trois magiciens manipulent. A commencer par ce couteau (point d'orgue du spectacle) que l'un d'eux agite comme un sourcier sa baguette.

Sauf qu'ici, ce n'est pas l'eau qu'il fera jaillir du sol mais quelques planches de bois qu'il dressera verticalement sur la scène, comme des troncs d'arbres destinés à peupler le versant d'une improbable montagne.

Improbable, car celle-ci existe surtout dans l'imagination des trois artistes, spectres ou trolls, c'est selon. Tout droit sortis d'une pièce de Shakespeare ou d'Ibsen, ils évoquent leur montagne (suisse) par images successives. Et éblouissent le public par leur esprit inventif.

Dérision en altitude

Un double plancher en bois, escamotable, sert de base au monde qu'ils bâtissent et aux histoires qu'ils racontent. Pas un mot ne sera dit dans le spectacle. Et pourtant, un univers prend forme.

D'abord docile et généreuse, la montagne prête son flanc: ici un chalet se construit, une grange s'ouvre; là, une piste se dessine, un skieur la martyrise en la descendant brutalement. La nature se fâche, une avalanche s'ensuit.

Par moments, tout s'arrête net. Et bifurque. Eclairs et tonnerre que la musique laisse retentir avant qu'un précipice ne s'ouvre, celui-là infranchissable.
Les montagnards se seront exposés au pire retour. Leur entêtement les a condamnés. La dérision les sauvera.

Ghania Adamo

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?