Navigation

«Benghazi est libre, les gens chantent dans la rue»

Il flotte comme un air de liberté dans les rues de Benghazi, deuxième plus grande ville de Lybie. Keystone

Plusieurs villes libyennes, dont Benghazi, bastion de l'opposition anti-Kadhafi, sont tombées lundi aux mains des manifestants. Le témoignage d'Ahmad Bentaher, médecin à l'hôpital Jala'a, qui a vu affluer des dizaines de victimes depuis le début du soulèvement.

Ce contenu a été publié le 21 février 2011 - 17:30
Julia Slater, Samuel Jaberg, swissinfo.ch

Après maintes tentatives, le coup de fil aboutit enfin. «Nous pouvons recevoir des appels, mais toutes les communications vers l’extérieur sont coupées». Ahmad Bentaher, médecin du principal hôpital de Benghazi, assiste depuis une semaine en première ligne au soulèvement contre le régime du colonel Kadhafi.

D’après son témoignage, Benghazi, comme d’autres villes, notamment sur l’est de la côte libyenne, serait tombée lundi aux mains des manifestants. La révolte atteint également la capitale Tripoli, où plus de 60 personnes auraient trouvé la mort lundi.

swissinfo.ch: Quelle est la situation actuellement à Benghazi?

 

Ahmad Bentaher: Après les violentes émeutes de dimanche, les forces spéciales de l’armée ont rejoint les manifestants. Ils ont pris le dessus sur les milices privées de Kadhafi et pris le contrôle de la ville. Les paramilitaires ont quitté Benghazi. Depuis le début des émeutes, les trois principaux hôpitaux de la ville ont comptabilisé plus de 300 morts et 2000 blessés. Nous devons encore opérer de nombreuses personnes et nous manquons de matériel médical. Rien que dimanche, 61 personnes ont été tuées, dont un enfant de trois ans.

swissinfo.ch: Y a-t-il un risque que les forces de sécurité reviennent à Benghazi?

 

A.B.: Oui, ce scénario existe toujours. Mais en ce moment, les gens chantent dans les rues, ils célèbrent la liberté après 42 ans passés sous le régime de Kadhafi.

swissinfo.ch: Qui forme les rangs des manifestants anti-Kadhafi?

 

A.B.: En premier lieu, l’élite intellectuelle de la ville, soit les avocats, juges, docteurs et ingénieurs. Ces personnes ne sont pas liées à un parti politique ou à une association quelconque. Mais ces derniers jours, c’est toute la population qui s’est rendue dans la rue pour réclamer la liberté, comme dans n’importe quel pays du monde. Au début, les manifestations étaient pacifiques. Puis le régime a arrêté l’un des principaux organisateurs. La foule s’est rassemblée devant le bâtiment de la sécurité intérieure pour réclamer sa libération. Ce fut le début de la mobilisation massive.

swissinfo.ch: En Occident, certains affirment que Benghazi est un terreau d’islamistes. Est-ce vrai?

A.B.: C’est ce que Kadhafi et sa famille essayent de faire croire. Mais ce que j’ai vu dans la rue, ce sont des gens qui réclament la liberté, l’unité et une constitution, chose que nous n’avons pas en Libye. Nous sommes censés être un pays aisé, mais voyez-vous,  les gens sont pauvres ici.

swissinfo.ch: Savez-vous ce qui se passe actuellement à Tripoli?

 

A.B.: Nous suivons les événements avec une vive préoccupation. Des collègues m’ont affirmé avoir recensé un grand nombre de victimes. Lundi à la mi-journée, 60 personnes avaient été tuées à Tripoli. Il y a également des manifestations dans les environs de Tripoli.

swissinfo.ch: Pensez-vous que Kadhafi dispose du soutien nécessaire pour reprendre les choses en main?

 

A.B.: Le clan Kadhafi n’est pas très nombreux. Mais il est très dangereux, parce qu’il possède beaucoup d’armes. Ses milices, basées à Sirte, sont très bien équipées.

swissinfo.ch: Y a-t-il des différences entre les Libyens qui vivent en ville et ceux vivant dans les tribus?

 

A.B.: Bien sûr, mais un point commun unit tous les Libyens: la volonté de vivre dans un seul et même pays. Les Warfala et les autres grandes tribus libyennes rejoignent les rangs des manifestants, car elles ont beaucoup souffert sous le régime du colonel Kadhafi. Le clan Kadhafi devra trouver une solution pacifique,  il n’est pas assez puissant pour se battre tout seul contre les autres clans.

swissinfo.ch: Que va-t-il selon vous arriver à Mouammar Kadhafi et à ses fils?

 

A.B.: Pour le pays,  le mieux serait que les Kadhafi quittent le pays en nous laissant la liberté et la paix. S’ils choisissent la force, il y aura un énorme massacre, bien plus important que celui déjà enduré. Des rumeurs circulent à Benghazi sur de possibles attaques aériennes. Ce ne sont que des rumeurs, mais les gens pensent que Kadhafi est capable de telles choses.

swissinfo.ch: Est-ce dangereux pour vous de recevoir des appels de l’étranger?

 

A.B.: Nous sommes déjà en danger. A Benghazi, nous avons atteint le point de non retour. Ceci est clair dans l’esprit de tous les citoyens de Benghazi.

swissinfo.ch: Avez-vous peur pour votre vie?

 

A.B.: Oui, bien sûr. Il n’y a pas de ligne rouge. Les mercenaires africains de Kadhafi sont venus à l’hôpital pour tenter d’achever certains blessés. Peut-on seulement imaginer à quel point Kadhafi est brutal? J’en appelle à la communauté internationale pour qu’elle intervienne sérieusement.

swissinfo.ch: Que peut-elle faire?

 

A.B.: Au Darfour, la communauté internationale a envoyé des soldats pour protéger les civils. Si les Etats-Unis et l’Union européenne mettent la pression, peut-être qu’il s’en ira. L’ONU doit intervenir par tous les moyens et convaincre Kadhafi de s’en aller.

swissinfo.ch: Quel impact a eu le discours de Seif al-Islam, le fils «réformiste» de Kadhafi, à la télévision dimanche soir?

A.B.: J’étais très heureux quand j’ai appris qu’il allait parler à la télévision. Je pensais qu’il pourrait apporter un réel changement. Mais c’était déprimant. Il a levé son index et averti le peuple libyen qu’en cas de refus d’obéir, il ferait intervenir l’armée. Je ne sais pas quel type de personne il est. Il a été qualifié de réformateur, mais aujourd’hui, il menace de nous tuer. Plus que jamais, les Libyens ne veulent plus voir le visage de Kadhafi, ni celui de son fils.

La réaction suisse

Tribunal. La Suisse a annoncé lundi la suspension des travaux préparatoires du Tribunal arbitral chargé d'examiner «l'affaire Kadhafi». La décision est liée aux événements qui ont lieu actuellement en Libye, a précisé le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). L'organe devait se pencher sur les conditions de l'arrestation d'Hannibal Kadhafi en 2008 à Genève. En représailles à cette interpellation, le Suisse Max Göldi et le double-national suisse et tunisien Rachid Hamdani avaient été détenus en Libye.

Soutien. Selon le DFAE, il n’y a actuellement pas de Suisses en danger en Libye. La plupart des 46 ressortissants annoncés à l’ambassade de Tripoli ont la double nationalité. 

Condamnation. Micheline Calmy-Rey, ministre suisse des Affaires étrangères, a condamné dans une prise de position «les actes de violence» de ces derniers jours dans plusieurs pays  du Maghreb et du Proche-Orient. «J'appelle les autorités compétentes à respecter les droits fondamentaux de leur peuple, en particulier en ce qui concerne la liberté d'expression, le droit de réunion et de manifestations pacifiques», a-t-elle affirmé.

End of insertion

L’UE s’inquiète

L'Union européenne redoute un effondrement de l'Etat en Tunisie, en Libye et ailleurs, doublé d'une grave crise économique qui pourraient déclencher un afflux de migrants vers ses côtes méridionales et mettre à rude épreuve la solidarité entre ses pays membres.

«Nous sommes extrêmement inquiets de l'évolution de la situation en Afrique du Nord», a reconnu lundi Michele Cercone, porte-parole de la commissaire en charge des questions d'immigration et de sécurité Cecila Malmström. La Commission européenne prend très au sérieux les menaces des autorités libyennes de cesser toute coopération avec l'UE dans la lutte contre l'imigration illégale, car elles deviendront réalité si l'Etat s'effondre dans ce pays.

L’UE envisage par ailleurs d’évacuer ses citoyens de Libye et en particulier de la ville de Benghazi, bastion des opposants à 1000 km à l'est de Tripoli, en raison de la dégradation de la situation, a indiqué lundi la ministre espagnole des Affaires étrangères.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?